imagine










Ecologie
Nord-Sud
Société


[imagine 50] juillet & août 2005


EN COUVERTURE

Lobbying
Le loup industriel
dans la bergerie européenne





Capitale européenne du lobbying, Bruxelles abrite quelque 15.000 «professionnels de l’influence». Travaillant pratiquement sans aucune transparence, la plupart d’entre eux hantent les couloirs du Parlement, de la Commission et du Conseil pour défendre les intérêts de leur principal client: l’industrie. Au péril de la santé des Européens, de l’environnement et de la démocratie.

On le sait, plus de 70% des lois votées par les parlements nationaux sont en réalité des transcriptions de directives européennes. C’est dire si l’Europe a une influence sur notre vie de tous les jours.

Ce que l’on mesure moins par contre, c’est l’influence particulière du lobbying au cœur du processus politique européen. Cela peut paraître étrange, mais les institutions européennes accueillent volontiers les lobbyistes. Elles en ont même besoin, en fait. Surtout la Commission. Car malgré sa réputation de labyrinthe bureaucratique, elle est une véritable naine administrative: 2.000 personnes seulement y composent les cabinets des commissaires et leurs équipes. Au total, à peine plus de 27.000 fonctionnaires travaillent pour elle (voir tableau). C’est moins de personnel qu’à la mairie de Rotterdam, par exemple. Et cela correspond à moins de 2% de l’administration du gouvernement fédéral aux Etats-Unis. Il faut dire qu’avec un budget du même ordre que celui de la Belgique, l’Union européenne n’a guère les moyens de s’offrir un régiment d’experts dans les domaines les plus variés...

Composition de la Commission européenne
16.027 fonctionnaires de la Commission (et assimilés) travaillent à Bruxelles, dont environ 2.000 au Berlaymont, où siègent les commissaires, leurs cabinets et leurs équipes
3.069 fonctionnaires de la Commission travaillent à Luxembourg
2.159 fonctionnaires composent les représentations de la Commission dans l’UE
923 fonctionnaires composent les délégations de la Commission hors UE
5.115 agents contractuels, fonctionnaires détachés, intérimaires et prestataires sont employés par la Commission
Total pour la Commission: 27.293

(source: Commission européenne, 2005)

Par conséquent, la Commission se réjouit de pouvoir compter sur des contributions extérieures au moment de rédiger ses avant-projets de directives. Les groupes d’intérêt ont donc la possibilité de faire officiellement entendre leurs voix à un moment précis du processus législatif –ce qui n’est pas le cas à Washington DC, par exemple. Et quand un lobby n’existe pas, la Commission suscite elle-même sa création! C’est le cas, entre autres, du Forum européen des services (ESF) qui, comme son nom l’indique, défend les intérêts des entreprises européennes de services. Ce lobby fut créé en 1998 à la demande de Sir Leon Brittan, alors commissaire européen au Commerce, uniquement pour influencer les institutions européennes qui, à l’OMC, négociaient le fameux AGCS (Accord général sur le commerce des services)...


Lisez la suite de notre dossier sur le lobbying européen (7 pages) dans le magazine papier que vous pouvez commander (nous vous l’enverrons par la poste) ou acheter au format PDF.


Contrat Creative Commons
Cet article est publié sous licence Creative Commons.



                        Site optimisé pour Mozilla Firefox