imagine










Ecologie
Nord-Sud
Société


[imagine 51] septembre & octobre 2005


ARGENT

Elle gonfle, elle gonfle, la bulle immobilière...
Vers un krach mondial?

  

Le boom des prix de l’immobilier est planétaire. Il s’agirait même de la plus grosse bulle spéculative de l’histoire du capitalisme. Et elle n’en finit pas d’enfler...


Le constat est planétaire. Depuis plusieurs années, la valeur des terres et des bâtiments ne cesse de grimper. D’après l’hebdomadaire libéral The Economist, qui suit de très près l’évolution du marché immobilier dans vingt pays développés, «jamais auparavant les prix de l’immobilier n’ont augmenté si vite, pendant aussi longtemps, dans autant de pays» (voir tableau dans le magazine papier).

La valeur totale de la propriété résidentielle dans les économies développées a crû de plus de 30.000 milliards de dollars au cours des cinq dernières années, estime le magazine britannique, pour atteindre une somme dépassant les 70.000 milliards. Cette augmentation équivaut à 100% du PIB combiné des pays concernés. Elle dépasse tous les booms immobiliers antérieurs, la «bulle Internet» de la fin des années 90 (une augmentation de 80% du PIB sur cinq ans), et la bulle de la fin des années vingt qui entraîna le krach boursier de 1929 (55% du PIB). Bref, on serait face à la «plus grosse bulle de l’histoire». Et si elle venait à éclater, toute l’économie mondiale serait éclaboussée...


Lisez la suite de cet article dans le magazine papier que vous pouvez commander par courriel (nous vous l’enverrons par la poste) ou acheter au format PDF.


Contrat Creative Commons
Cet article est publié sous licence Creative Commons.




                        Site optimisé pour Mozilla Firefox