article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2

L’empreinte écologique, c’est quoi ?

La consommation est habituellement mesurée en monnaie. L’empreinte écologique l’exprime en surface de terre mobilisée pour la production. Et qu’apprend-on ? Que la terre est surconsommée d’un tiers chaque année. Et la tendance est à la hausse.

Sur cette carte, la taille de chaque pays représente son empreinte écologique. C’est-à-dire la superficie de terres mobilisées pour satisfaire la consommation de sa population en 2005. Le code de couleur indique, quant à lui, la consommation moyenne par habitant.

La production de denrées alimentaires nécessite des surfaces agricoles, la production de vêtements également. La construction réclame du bois, tout comme la consommation d’énergies fossiles mobilise des forêts, pour absorber les émissions de CO2. Tout cela prend de la place, et c’est cette place que mesure l’empreinte écologique, exprimant en « hectares globaux » l’impact de la consommation humaine.

En 2005, la consommation de chaque humain nécessitait, en moyenne, 2,7 hectares de terre, alors que la surface disponible était de 2,1 hectares. Le dépassement de consommation des ressources planétaires était donc d’environ 30%.

Comment peut-on consommer plus que ce que la Terre produit ? En rasant une forêt, par exemple, au lieu de se contenter de prélever le bois de repousse, ce qui a pour conséquence d’entamer le capital. Ou en émettant plus de CO2 que la Terre ne peut en absorber. L’empreinte carbone est, d’ailleurs, la plus grosse consommatrice de surface, elle représente 52% de l’empreinte totale. Elle a été multipliée par 10 depuis 1960.

(...)

<td style="vertical-align: top; background-color: rgb(256, 256, 256);"><font style="font-weight: bold;" face="Verdana, sans-serif">Lire cet article (2 pages) dans le magazine papier disponible chez votre libraire. Vous pouvez aussi le commander par courriel (nous vous l’enverrons par la poste, voir tarif ici) ou l’acheter au format PDF (3 euros).

Autre(s) article(s) sur le même thème :

article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2