article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2

Huiles et agrocarburants - dossier

Vous avez dit verts ? Quelle blaque !
Loin des yeux, la course aux agrocarburants et autres huiles végétales dévaste les forêts du Sud. Pour faire grimper l’offre en énergies renouvelables ? Pas si sûr. Analyse en trois points.

En 2007, la planète a produit 62 milliards de litres d’éthanol et 10 milliards de litres d’agrodiesel, soit respectivement trois et dix fois plus qu’en 2000. D’ici dix ans (voir infographies 1 et 2), la production devrait encore augmenter de 50%.

Manger ou rouler : il faudra choisir

La course aux agrocarburants se joue autour de nous, dans les campagnes de Belgique comme dans toute l’Europe, laquelle mise essentiellement sur les huiles végétales. Mais elle s’emballe véritablement loin de nos yeux, dans la torpeur des climats tropicaux. Au Brésil, en Malaisie, en Indonésie, demain au Congo et en Colombie, la forêt recule pour céder la place aux plantations de soja et de palmiers à huile.

Le développement des agrocarburants avait comme objectif principal, nous disait-on, de diversifier et donc de sécuriser les approvisionnements énergétiques. Or, sur ce point, les projections de la FAO [1] apportent un premier bémol. L’organisation constate que l’éthanol est essentiellement produit à partir de céréales – blé, riz, maïs – qui constituent la base alimentaire de l’humanité. Avec les plantes sucrières, la culture de ces céréales occupe aujourd’hui 42% des terres arables (voir tableau 3). Or la transformation en éthanol de la totalité de ces récoltes ne couvrirait que 57% de la consommation de pétrole ! Autrement dit, il faudrait consacrer les trois quarts des terres actuellement cultivables aux agrocarburants pour satisfaire la demande.

(...)

A lire aussi :

Indonésie : Sous les palmiers, la rage
Sans que nous le sachions le plus souvent, l’huile de palme a envahi nos assiettes et nos salles de bain, et même nos réservoirs. A Sumatra (Indonésie), le commerce de cet « or vert » exhale des parfums douteux : corruption, exploitation humaine et disparition des gigantesques « puits » de carbone que sont les dernières forêts marécageuses de l’île. Une course contre la montre est désormais engagée pour sauver Tripa, un massif de 30.000 hectares où vit l’une des dernières populations d’orang-outans de la planète.
(...)

Brésil : Ethanol ou Guaranis
Au Brésil, le boom de la canne à sucre exerce une forte pression foncière et fait exploser le prix des denrées alimentaires. Des famines apparaissent dans le sillage de l’éthanol. L’extension de ces cultures fait aussi monter la colère des Indiens Guaranis, qui voient leurs terres ancestrales envahies par les planteurs.
(...)

<td style="vertical-align: top; background-color: rgb(256, 256, 256);"><font style="font-weight: bold;" face="Verdana, sans-serif">Lire cet article (8 pages) dans le magazine papier disponible chez votre libraire. Vous pouvez aussi le commander par courriel (nous vous l’enverrons par la poste, voir tarif ici) ou l’acheter au format PDF (3 euros).

[1Food and agriculture organization : organisation spécialisée des Nations unies, qui rédige chaque année un rapport sur la situation mondiale de l’alimentation et de l’agriculture. L’édition 2008 est consacré aux agrocarburants. C’est l’un des documents les plus complets sur la question. Il peut être téléchargé à l’adresse : www.fao.org/docrep/011/i0100f/i0100f00.htm.

article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2