article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2

La ménopause n’est pas une maladie !

Dans notre société qui voue un culte à la jeunesse, la ménopause est trop souvent perçue comme une maladie. A l’heure où les thérapies hormonales ont montré leurs possibles effets délétères, les femmes sont de plus en plus nombreuses à s’élever contre l’hypermédicalisation de leur santé.

Ménopause : dans l’imaginaire collectif occidental, le terme est bien souvent teinté de tristesse, synonyme de fin d’une période de la vie, voire même de la vie de femme tout court. « C’est le mot le plus répandu, celui que tout le monde utilise pour parler de la mi-vie d’une femme », soulignent les docteurs Mimi Szyper et Catherine Markstein dans leur récent ouvrage Le temps de s’émanciper et de s’épanouir [1]. Un choix de vocabulaire qui n’a rien d’anodin, lorsque l’on sait que le terme, qui signifie étymologiquement « l’arrêt des mois », a été inventé par un médecin français, le docteur de Gardanne, en 1816. C’est donc au 19e siècle, époque de l’avènement de la gynécologie-obstétrique, que l’on trouve les racines du glissement de ce phénomène biologique universel vers son statut actuel de maladie.
Depuis, le gynécologue a remplacé la sage-femme et est devenu la personne de référence des femmes dans les différents temps forts de leur vie, de l’accouchement à la disparition des règles. Des étapes qui ont été investies par le corps médical au point qu’aujourd’hui, certains soulèvent la nécessité pour les femmes de se les réapproprier. Ce discours a pris une ampleur particulière concernant la ménopause. Sans doute parce que les générations contemporaines de quinquas, fortes de leur nombre et de leur forme physique, s’interrogent sur leur nouveau statut dans la société, et que les femmes n’échappent pas à ces questions : autrefois considérées comme inutiles dès lors qu’elles devenaient infertiles, elles souhaitent désormais affirmer leur droit à s’épanouir hors de la procréation.

(...)

<td style="vertical-align: top; background-color: rgb(256, 256, 256);"><font style="font-weight: bold;" face="Verdana, sans-serif">Lire cet article (2 pages) dans le magazine papier disponible chez votre libraire. Vous pouvez aussi le commander par courriel (nous vous l’enverrons par la poste, voir tarif ici) ou l’acheter au format PDF (3 euros).

[1Le Souffle d’or, 2009.

Autre(s) article(s) sur le même thème :

article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2