article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2

Le poisson n’a plus la pêche

Les océans se vident. La raison ? La surpêche. La solution ? Limiter les prises. Mais comme chacun va jeter ses filets dans les eaux du voisin, la recherche du moindre accord tourne à la foire d’empoigne. Enquête en eaux troubles.

« La mer est un lieu d’opacité qui ne laisse pas voir le poisson qui nage et encore moins celui qui est pêché », explique Béatrice Gorez. Coordinatrice de la Coalition pour des accords de pêche équitables, elle cultive sa propre vision du grand bleu. Son inquiétude : les mers et océans se vident. Et pour cause, la consommation de poisson a explosé de plus de 50% en 20 ans. « Or la mer est incapable de satisfaire cette demande. » Selon la FAO, près d’un tiers des stocks mondiaux de poissons sont surexploités, dont ceux de l’Atlantique nord-ouest, qui borde les côtes européennes, la zone la plus productive de la planète. Des espèces aussi communes que l’anchois, le lieu de l’Alaska, le merlan bleu, le hareng de l’Atlantique et le chinchard du Chili sont arrivées au maximum de leurs prélèvements. Il faut permettre à la mer de souffler. Comment ? En limitant la pêche. Partout, et en même temps. Et c’est possible, car la plupart des poissons vivent non loin des côtes, dans des espaces soumis à la souveraineté des Etats riverains. Régénérer les stocks revient à pousser les gouvernements à contrôler strictement leur territoire maritime.

(...)

<td style="vertical-align: top; background-color: rgb(256, 256, 256);"><font style="font-weight: bold;" face="Verdana, sans-serif">Lire cet article (3 pages) dans le magazine papier disponible chez votre libraire. Vous pouvez aussi le commander par courriel (nous vous l’enverrons par la poste, voir tarif ici) ou l’acheter au format PDF (3 euros).

Autre(s) article(s) sur le même thème :

article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2