article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2

Agriculture et climat

Une journée sans viande ?

Manger trop de viande peut nuire gravement à la santé mais aussi – et même surtout – au climat. En effet, l’alimentation carnée implique des productions agricoles génératrices d’importantes émissions de gaz à effet de serre. Démonstration.

Si les habitudes de mobilité ou la performance énergétique des bâtiments sont souvent pointées comme des éléments essentiels de la lutte contre les gaz à effet de serre (GES) responsables des changements climatiques, l’impact de nos choix alimentaires et, par delà, des pratiques agricoles permettant de les satisfaire, est souvent méconnu voire carrément ignoré. Responsables d’émissions de GES supérieures à celles du secteur des transports, ils constituent pourtant un enjeu majeur. Un enjeu d’autant plus important qu’il déborde de la question climatique pour revêtir une dimension d’équité Nord-Sud.

L’agriculture = 34 % des gaz à effet de serre

Sur la base des études scientifiques les plus récentes de la FAO (Organisation des Nations-unies pour l’alimentation et l’agriculture), l’agriculture contribue aux émissions mondiales de gaz à effet de serre à hauteur de 20 %. Ce pourcentage prend en compte toutes les émissions directes générées par les cultures et l’élevage : protoxyde d’azote lié à la fertilisation des sols ; méthane libéré par le bétail et les rizières ; dioxyde de carbone dû au carburant brûlé par les machines agricoles mais aussi lors de la fabrication des engrais et pesticides, etc.

(...)

Lire cet article (2 pages) dans le magazine papier disponible chez votre libraire. Vous pouvez aussi le commander par courriel (nous vous l’enverrons par la poste, voir tarif ici) ou l’acheter au format PDF (3 euros).

Autre(s) article(s) sur le même thème :

article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2