article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2

Internet et la course du monde

S’engager en un clic ?

Facebook, blogs, GSM, Web 2.0 : Internet et les technologies de l’information ont envahi notre univers. Elles changent nos façons de communiquer, de nous informer. Et de nous engager ?

Devenir ami d’Amnesty sur Facebook, signer la pétition pour l’interdiction du bisphénol A sur LaPetition.be, participer à l’un des 1.500 événements pour la grande alarme climatique – « Vous n’avez besoin que de cinq minutes et de votre téléphone portable ! » –, aller voir le blog de monsieur X., qui y détaille son action parlementaire… Tous les jours, nous recevons des messages nous incitant à nous engager, à participer à telle ou telle action militante ou politique. Les technologies de l’information sont-elles en train de modifier nos pratiques démocratiques ?

Effet vitrine

Du côté de la politique « traditionnelle » et des rapports entre électeurs et élus, ces technologies devaient changer bien des choses, permettre notamment un retour du citoyen vers la chose publique. Ainsi, le vote électronique à distance, sans avoir besoin de se déplacer, allait-il enrayer la baisse du taux de participation électorale. « Des efforts considérables ont été consentis, raconte François Heinderyckx, professeur en sociologie des médias et communication politique à l’ULB, dans certains pays le vote par téléphone portable a été mis en place. Et pourtant cela n’a pas eu d’effet, si ce n’est de montrer clairement que les citoyens qui ne votent pas le font parce qu’ils ne veulent pas voter, qu’ils posent un acte politique – d’autant plus que le taux de participation est scruté par les analystes. » L’accès plus facile à l’information sur la vie politique et parlementaire – grâce à la retransmission des débats par exemple, par le biais du Net ou du câble – allait lui aussi raviver l’intérêt de l’électeur. « Or, si les militants et les journalistes s’informent effectivement par ce biais, constate François Heinderyckx, monsieur et madame Tout-le-monde, eux, n’y recourent pas. » Rendre un programme de parti accessible sur Internet ne suffit pas à le faire lire…

Et aussi :

- La puissance du nombre
Des nombreux et nouveaux acteurs militants qui naissent avec Internet, Avaaz est l’un des plus importants.

- Cyberdissidents... et cyberdictateurs
Les technologies de l’information se sont diffusées bien au-delà des frontières de nos démocraties. Mais une dictature reste une dictature – même sur Internet.

- Information : plus vite et moins bien ?
Les médias sont évidemment capitaux dans une démocratie. Pour nous forger une opinion, nous engager, prendre parti, nous devons d’abord être informés. Or ces médias évoluent sans cesse, au fil des développements technologiques – dont Internet n’est pas le moindre.

(...)

Lire cet article (7 pages) dans le magazine papier disponible chez votre libraire. Vous pouvez aussi le commander par courriel (nous vous l’enverrons par la poste, voir tarif ici) ou l’acheter au format PDF (3 euros).

Autre(s) article(s) sur le même thème :

article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2