article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2

Philippines

La migration comme stratégie de développement

Quand un pays choisit, dans l’espoir d’offrir des études aux enfants, d’envoyer un des parents à l’étranger. Pour ramener de l’argent. Et un Philippin migrant sur deux est une femme, maman le plus souvent.

Une famille philippine sur trois compte un des ses membres à l’étranger. Pour l’Etat philippin, la promotion de la migration constitue une stratégie de développement.
« Mes enfants, parfois, ne disaient plus maman. Ils m’appelaient par mon prénom », se souvient Emily Podadera, face au soleil couchant de Punta Taytay, un petit village accoudé à la mer qui entoure l’île de Negros, en plein cœur des Philippines. « Aujourd’hui, nous avons une maison. Et même un commerce. Mais surtout, les enfants peuvent étudier.  » Cheveux courts et T-shirt avec l’inscription « Dubaï », une légitime fierté et un caractère indépendant semblent se dégager de cette femme.
Comme Emily, des millions de femmes philippines ont fait le choix de travailler à l’étranger et de laisser leurs enfants au pays, dans l’espoir de leur offrir des études. Près de 10% des Philippins vivent à l’étranger. La plupart d’entre eux y séjournent sans leurs conjoints et enfants. La moitié sont des femmes. Bien que surqualifiées pour ces tâches, ces dernières sont généralement employées comme femmes de ménage et nounous à la fois. Comme une « marque de fabrique », les Philippins mettent volontiers en avant leurs incontestables capacités à prendre soin des autres – beaucoup sont infirmiers aussi –, ainsi que leur aptitude à assumer les travaux de confiance. Ces traits de caractère sont ancrés dans la culture nationale.

(...)

<td style="vertical-align: top; background-color: rgb(256, 256, 256);"><font style="font-weight: bold;" face="Verdana, sans-serif">Lire cet article (3 pages) dans le magazine papier disponible chez votre libraire. Vous pouvez aussi le commander par courriel (nous vous l’enverrons par la poste, voir tarif ici) ou l’acheter au format PDF (3 euros).

Autre(s) article(s) sur le même thème :

article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2