article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2

Automobile, le mirage électrique

La motorisation électrique est le nouvel eldorado de l’industrie automobile. Elle constituerait, à en croire les constructeurs, l’avenir de la mobilité. Une vision idyllique qui ne résiste pas à un regard critique…

Contrairement à ce que l’engouement tout frais autour du concept pourrait laisser croire, le moteur électrique n’est pas une nouveauté : le premier engin mû par cette technique, une sorte de train miniature, date de… 1832. Et la première voiture électrique à batterie rechargeable fut mise au point en 1881, soit avant son homologue à moteur thermique !
Ces véhicules apparus en France et en Grande-Bretagne avant de partir à la conquête des Etats-Unis eurent leur heure de gloire au début du 20e siècle. Ainsi, en 1910, la totalité des taxis new-yorkais étaient dotés de cette motorisation dont divers facteurs entraînèrent ensuite le déclin : l’allumage électrique permit de s’affranchir de la manivelle pour démarrer les moteurs thermiques ; le prix des carburants partit à la baisse ; le développement des infrastructures routières incita à des déplacements de plus en plus longs auxquels l’électrique, sans possibilité de recharger les batteries, n’était pas apte… Résultat, au tournant des années 1930, la voiture électrique avait déserté les routes pour rejoindre les musées. Après 80 ans de purgatoire, elle effectue aujourd’hui un impressionnant come-back ; les enjeux combinés de la raréfaction des ressources pétrolières et de la lutte contre les gaz à effet de serre en font une aubaine pour des constructeurs désireux de garantir la pérennité d’une mobilité basée sur la voiture individuelle. Mais ne soyons pas dupes : si elle affiche d’indéniables atouts, la voiture électrique est loin d’être la panacée que l’on nous vante.

(...)

Lire cet article (2 pages) dans le magazine papier disponible chez votre libraire. Vous pouvez aussi le commander par courriel (nous vous l’enverrons par la poste, voir tarif ici) ou l’acheter au format PDF (3 euros).

Autre(s) article(s) sur le même thème :

article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2