article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2

Walden bello

« L’écologie est un pilier de la démocratie en Asie »

Sociologue et parlementaire philippin, Walden Bello est une figure emblématique des altermondialistes asiatiques. Il brosse le portait des mouvements écologistes d’Asie qui n’entendent pas seulement défendre l’environnement mais également déboulonner les pouvoirs autoritaires.

Selon vous, les mouvements écologistes asiatiques des années 70-80 furent les premiers à s’opposer aux dictatures. Les luttes écologiques d’aujourd’hui sont-elles également indispensables au fonctionnement des démocraties ?

Aux Philippines, par exemple, pays d’où je viens, les luttes qui s’opposaient à la construction de centrales nucléaires et de grands barrages hydroélectriques ont fait souche, malgré le pouvoir autoritaire, car celui-ci n’y voyait pas une contestation politique mais des revendications relevant de la santé publique. Pourtant, une fois installés, les écologistes ont permis de structurer le mouvement antidictatorial. La lutte contre la déforestation, par exemple, s’est ensuite politisée lorsqu’elle a dénoncé la corrélation entre la disparition des forêts et les politiques d’exportation imposées par la Banque mondiale et le FMI. Ces politiques poussaient également les salaires vers le bas, ce qui a eu comme effet de favoriser la convergence des mouvements écologistes et ouvriers pour dénoncer l’emprise du capital sur le pays.

(...)

Lire cet article dans le magazine papier disponible chez votre libraire. Vous pouvez aussi le commander par courriel (nous vous l’enverrons par la poste, voir tarif ici) ou l’acheter au format PDF (3 euros).

Autre(s) article(s) sur le même thème :

article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2