article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2

Le coût de Tchernobyl !

Un million de morts et mille milliards d’euros

  • Qui prend les vrais risques engendrés par le nucléaire ? La population, pardi ! Qui réalise d’énormes profits chez nous ? Electrabel, principalement !
  • Tchernobyl aurait tué un million de personnes, a précipité la chute de l’empire soviétique et aurait coûté 1.000 milliards d’euros.
  • Bien sûr, un accident nucléaire « ne pourrait pas se passer chez nous ». Le même discours exactement répété au Japon, avant Fukushima !
  • Une loi de sortie progressive du nucléaire a été votée en Belgique en 2003. Le moment est venu de la mettre en application.
  • Le nucléaire est une industrie non maîtrisée, irresponsable et dépassée. L’avenir est aux « mégawatts » et aux technologies propres.

La pollution nucléaire est invisible. On ne mesure donc pas le risque qu’elle nous fait courir. Savons-nous que Tchernobyl aurait coûté près d’un million de vies humaines et quelque 1.000 milliards d’euros ? Et que, bien évidemment, ces comptes sont loin d’être clôturés, puisque les conséquences de cet accident se répercuteront sur plusieurs générations ?
« La plus grande catastrophe de toute l’histoire de l’industrie » s’est déroulée dans un pays fermé, qui a d’abord cherché à taire l’accident lui-même, jusqu’à ce que l’alerte soit donnée à partir des stations de pays nordiques. Les conséquences de l’accident sont à replacer dans un contexte postsoviétique, où tout ou presque était caché. Vingt-cinq ans plus tard, on arrive cependant à aligner des chiffres plausibles. Et ils sont hallucinants !
En vies humaines et en dégâts pour la santé des populations d’abord : le nombre de décès directement imputables à la radioactivité varie, selon les sources, entre 9.000 personnes selon l’Agence internationale pour l’énergie atomique et près d’un million, selon l’Académie des sciences de New York. En décembre 2009, sous le titre Chernobyl : consequences of the catastroph for people and the environment, les trois auteurs de cette étude estiment qu’entre 1986 et 2004, le nombre de décès à travers le monde attribuable aux retombées de Tchernobyl est de 985.000 personnes [1].

(...)

Lire cet article (1 page) dans le magazine papier disponible chez votre libraire. Vous pouvez aussi le commander par courriel (nous vous l’enverrons par la poste, voir tarif ici) ou l’acheter au format PDF (3 euros).

[1A. Jablokov, V. et A. Nesterenko, Annals of the New York Academy of Sciences, Vol. 1181, Wiley Blackwell, December 2009. Une édition française est en préparation.

Autre(s) article(s) sur le même thème :

article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2