article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2

Nanomatériaux, mégadangers

Sans bruit et sans vague, les nanomatériaux envahissent progressivement de multiples champs de l’activité humaine. Mais si leur potentiel est largement mis en exergue, un voile quasi opaque entoure leur dangerosité.

Devenus objets de débat (au sein des cercles initiés…) au cours de ces dernières années, les nanomatériaux et nanotechnologies figurent au cœur des programmes de recherche et développement depuis le début les années 90. Et tant la hauteur des financements publics que le nombre de publications qui leur ont été consacrés durant ces deux décennies attestent l’importance des espoirs placés en eux.
En 2000, le gouvernement américain met sur pied la National nanotechnology initiative (NNI) en vue de fédérer les travaux sur les nanos. Le Japon et l’Union européenne lui emboîtent le pas et adoptent à leur tour une stratégie visant à optimiser les investissements supérieurs au milliard d’euros que chacun alloue annuellement à cette recherche. Car les attentes sont énormes : traitements médicaux plus performants et dépourvus d’effets secondaires, dépollution des sols et des eaux souterraines, résistance accrue des matériaux, etc. : les applications des nanos semblent aussi prometteuses que nombreuses. Et on ne dit rien ici des perspectives purement commerciales (voir encadré) de cette technologie qui se veut à la fois miraculeuse et révolutionnaire. La médaille brille d’un tel éclat qu’il semble inconvenant de se soucier de son revers. Et pourtant…

(...)

Lire cet article (2 pages) dans le magazine papier disponible chez votre libraire. Vous pouvez aussi le commander par courriel (nous vous l’enverrons par la poste, voir tarif ici) ou l’acheter au format PDF (3 euros).


article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2