article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2

Agrocarburants, du rêve au cauchemar

Accueillis avec un enthousiasme dithyrambique à peine troublé par les réserves de quelques ONG, les agrocarburants ont perdu leur aura et sont aujourd’hui la cible de nombreuses critiques... sans que cela ne semble influer sur les politiques mises en œuvre.

On le sait, le secteur des transports est extrêmement dépendant (à plus de 95 %) des énergies fossiles ; il sera donc radicalement affecté par le pic pétrolier et l’augmentation du prix des hydrocarbures. Ce secteur est par ailleurs celui pour lequel l’évolution des émissions de CO2 est la plus spectaculaire : en Belgique, 30 % d’augmentation entre 1990 et 2009. Ces éléments conjugués expliquent que la perspective de disposer de carburants synthétisés à partir de matières premières végétales et absorbant le CO2 pendant leur croissance ait été plus que favorablement accueillie par les décideurs. Pensez donc : on allait pouvoir réduire la dépendance au pétrole, diminuer les émissions de CO2 et même, cerise sur le gâteau, offrir un nouveau débouché à l’agriculture !
Rapidement, des politiques ambitieuses de développement de ces agrocarburants furent mises en place et les moyens publics suivirent pour soutenir l’industrie naissante de l’« or vert ».

Autre(s) article(s) sur le même thème :

article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2