article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2

Santé mentale

L’ultramoderne blessure - dossier

En Europe, près de 40 % de la population souffriraient d’une maladie mentale. En 2011, 165 millions d’Européens auraient été touchés par la dépression, l’anxiété, l’insomnie, la démence et autres affections [1]. Selon l’OMS, la dépression va devenir dans la prochaine décennie la seconde cause au monde de mortalité et de handicap. Des chiffres qui interpellent. Notre monde – et notre système économique – ne seraient-ils pas pour partie au moins responsables de cette évolution ? Et quelle place laissons-nous dans notre société à ces personnes en souffrance, que leurs difficultés soient temporaires ou durables ?

Il y a vingt ans, on tenait aux personnes dépressives un discours très moralisateur : « Tu peux y arriver, lève-toi, bouge-toi, il est temps de te secouer… » « La reconnaissance du fait que ce soit une maladie a été libérateur, a redonné de la dignité aux personnes concernées, se souvient Francis Martens, psychanalyste, anthropologue, président de la Fédération nationale des psychologues praticiens d’orientation psychanalytique de Belgique francophone.
Mais cela s’est transformé en piège : en individualisant la question, cette dernière s’est trouvée réduite à la notion de disease, maladie biomédicale, alors qu’elle est aussi sickness, maladie au sens sociologique du terme, et illness, maladie au sens de souffrance personnelle. » Une modification qu’on pourrait croire purement sémantique, mais qui a pourtant des conséquences extrêmement concrètes – et qui illustre la propension du néolibéralisme à se glisser partout dans nos vies [2]

(...)

La mondialisation génère de nouvelles souffrances psychiques et morales

Les effets de la mondialisation sur la santé mentale ont mobilisé psychiatres, psychologues, travailleurs sociaux, associations et ONG lors d’un récent congrès mondial, à Lyon. Une nouvelle précarité psychique a été mise en évidence, qui affecte l’identité et le lien social.

Malgré l’amélioration de la santé physique et l’allongement de l’espérance de vie, un nombre croissant de personnes vivent mal. Insomnies, maux de tête, douleurs dorsales… sont la somatisation d’une précarité psychique et morale. Cette somatisation masque l’intensité de la douleur mentale provoquée par la fragmentation professionnelle, familiale ou géographique. Les demandes de prise en charge psychologique augmentent partout dans le monde. Jean Furtos, médecin psychiatre, constate que « les modèles socioéconomiques sont inadaptés à la mondialisation. Il y a de plus en plus de laissés pour compte qui vivent en retrait de la société. Les écarts se creusent. Les faibles sont broyés par la vitesse du changement. Celui qui a perdu son travail, son logement, sa famille, ne se sent plus digne d’appartenir à l’humanité, à son groupe social. C’est ce que j’appelle le syndrome d’auto-exclusion. Il touche autant les gens de la rue que les cadres financiers ».

(...)

L’ethnopsychiatrie
Un pont entre deux rives

Reconnaître la différence de l’Autre et penser la détresse de manière plus humaniste : tels sont les objectifs de l’ethnopsychiatrie. Ce courant de la psychiatrie traite les troubles mentaux et les souffrances psychologiques des populations migrantes, en prenant en compte la culture d’origine du patient.

C’est une approche thérapeutique encore méconnue et parfois décriée. L’ethnopsychiatrie semble pourtant prendre tout son sens, à une époque où les flux migratoires se sont mondialisés et où se pose la question de l’accueil de ces populations déracinées, parfois fragilisées par les circonstances mêmes de leur exil et par la difficulté à s’adapter à la culture du pays qui leur offre l’asile. Georges Devereux, anthropologue et psychanalyste français, est considéré comme le père fondateur de cette discipline. Mais c’est son disciple Tobie Nathan qui l’a popularisée en créant, en 1979, la première consultation d’ethnopsychiatrie en France, puis en fondant à Paris un centre universitaire d’aide psychologique aux migrants. Depuis, les deux thérapeutes ont fait des émules en Suisse, au Québec, en Italie ou en Belgique.

(...)

[1H.U. Wittchen, « The size and burden of mental disorders and other disorders of the brain in Europe 2010 », European Neuropsychopharmacology 21, Elsevier, 2011.

[2Lire notre dossier dans Imagine n° 87, septembre-octobre 2011.

Autre(s) article(s) sur le même thème :

article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2