article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2

L’agriculture urbaine pousse à Bruxelles

Nourrir un jour les Bruxellois avec leurs propres fruits et légumes ? Chiche ! Car s’y ajoutent la convivialité, la santé, le lien avec la nature… et des emplois. La preuve par l’exemple.

Le début des haricots

L’autogestion se cultive au quotidien
Le potager de la rue Gray, celui de Tour et Taxis, la multiplication des GASAP (Groupes d’achats solidaires de l’agriculture paysanne), la ferme urbaine de Neder-over-Heembeek… Si l’agriculture urbaine gagne petit à petit une place à Bruxelles, c’est en bonne partie grâce à une association de passionnés, de fous du potager et de l’autoproduction alimentaire, Le Début des haricots.
Tout commence en 2005, quand deux jeunes agronomes rentrent d’Amérique du Sud. « Habitants de la ville, nous avions depuis toujours envie de nous lancer dans la production, raconte Mathieu Dohmen, l’un des membres des Haricots. Mais nous voulions faire nos armes de façon associative et bénévole. » Le premier projet du collectif qui naît alors est une animation tous publics, sur le circuit court, du producteur au consommateur. Très vite, les choses deviennent concrètes : en liaison avec un producteur bio, la Ferme Arc-en-ciel, un premier GASAP est lancé. Le succès est immédiat – et aujourd’hui ce sont 50 groupes d’achats qui existent en région bruxelloise.

(...)

Autre(s) article(s) sur le même thème :

article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2