article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2

Pesticides : born to kill !

Les pesticides sont fabriqués pour tuer. Et ils engendrent en effet d’énormes dégâts, dont sont victimes les écosystèmes et les êtres humains. En raison notamment des quantités excessives de produits utilisées chez nous, notamment par les particuliers et les gestionnaires des espaces publics, le temps est venu de revoir les règles en matière de publicité et de vente libre de ces produits dangereux.

La présence du suffixe « -cide » ne laisse aucun doute quant à l’intention du terme auquel on l’accole : il s’agit bel et bien de tuer, que ce soit un être humain (homicide mais aussi parricide, infanticide, suicide…), un insecte (insecticide), une mauvaise herbe (herbicide), etc. L’étiquette « pesticides » qualifie ainsi les diverses substances et préparations destinées à prévenir, contrôler et, in fine, éliminer tout organisme indésirable apparu sous forme de plante, animal, champignon ou bactérie. En clair, le Round-Up©, le Baygon© et même la Javel© rangés dans la remise – quand ce n’est pas dans la cuisine – ne sont rien de moins que des armes de destruction massive ! Il est à cet égard édifiant que les premiers pesticides aient été développés à partir des gaz toxiques utilisés pendant la guerre de 14-18. Au terme du conflit, cette reconversion domestique des substances actives composant les premières armes chimiques est en effet apparue comme une occasion de soutenir la survie puis le développement d’une industrie déjà en place. Sans que l’on se soucie, évidemment, des conséquences environnementales et sanitaires à long terme de cette pratique.

(...)

article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2