article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2

Le gaz et le pétrole de schiste : une bulle de trop

Vous ne le savez peut-être pas encore, mais aux Etats-Unis l’âge d’or du gaz et du pétrole de schiste touche à sa fin. A peine commencé, il s’arrête déjà. Décryptage d’une bulle.

Le récent rapport de l’AIE (Agence internationale de l’énergie) publié le 12 novembre 2012 a fait grand bruit dans les médias. A l’unisson, tous les éditorialistes ont vanté les mérites de ce nouvel Eldorado et de l’indépendance énergétique des Etats-Unis. Un message plein d’enthousiasme, mais sans aucun fondement.
Il faut d’abord distinguer le gaz (shale gas) du pétrole de schiste (shale oil ou tight oil). Le gaz, s’il est la matière première de beaucoup d’industries, ne remplacera jamais le pétrole. Or, le pétrole de schiste, dont le déclin s’amorcerait très prochainement, ne donnerait à son pic de production qu’1,5 million de barils par jour (soit 3,5 % de ce qu’il faudrait trouver d’ici 10 ans pour maintenir le niveau de production mondial actuel) [1]. Une broutille.
L’industrie pétrolière s’est lancée à l’assaut des gaz et pétrole de schiste sur la base de rapports d’experts largement surévalués. En réalité, le terrain déçoit. Les estimations de réserves sont revues à la baisse (on parle de la moitié). Au Texas, la durée de vie moyenne d’un puits serait de 12 ans et non de 50 ans…
Par ailleurs, le taux de déclin de chaque puits étant extrêmement élevé (la production diminue généralement de 70 % à 80 % la première année), il faut donc forer de 10 à 100 fois plus de puits que pour le pétrole conventionnel, dans des régions qui satureront bientôt (voir image), et il faut le faire à un rythme de plus en plus élevé, car les meilleurs emplacements ont été forés en premier [2]. L’investissement doit donc être exponentiel. Mais alors que les majors comptaient sur une augmentation des prix du gaz pour maintenir ce niveau d’investissement, c’est l’inverse qui se produit. La chute des prix du gaz oblige les compagnies à modérer leurs ardeurs, ce qui risque de faire chuter rapidement la production.

(...)

[1Blog de Matthieu Auzanneau (petrole.blog.lemonde.fr). Article du 13 novembre 2012

[2Blog de Benoît Thévard (www.avenir-sans-petrole.org). Article du 12 février 2013.

Autre(s) article(s) sur le même thème :

article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2