article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2

Diesel, nucléaire, kérosène...

Les subsides dommageables à l’environnement

Une série impressionnante de subsides sont dommageables à l’environnement. Leur élimination progressive aurait par ailleurs un faible impact à la fois sur les populations les plus défavorisées et sur nos entreprises. En revanche, le gain environnemental et climatique serait important. Ainsi, la simple suppression des subsides aux énergies fossiles devrait permettre de diminuer les émissions de CO2 de près de 6 % à l’horizon 2020.

Le Sommet de la Terre de Rio, en 1992, a permis au monde de prendre conscience de l’intérêt de mettre en lumière et de dénoncer les aides octroyées par les Etats qui ne favorisent pas le développement durable. Trente ans plus tard, et malgré un travail de recherche et de sensibilisation intense notamment des ONG, la situation n’a guère évolué. Les conséquences du maintien de telles aides, tant sur l’environnement que sur une répartition plus équitable des ressources, sont de plus en plus dommageables. Il est donc urgent de mettre les bouchées doubles pour réorienter l’utilisation de ces avantages et ainsi relever le défi de la transition vers une société plus durable. Pour apporter sa pierre à l’édifice, IEW a publié un dossier [1] qui fait le point sur ces « subsides dommageables à l’environnement » (SDE).

Diesel, charbon, nucléaire, kérosène, agriculture, pêche, industrie…

Mais de quoi s’agit-il et quelle définition retenir pour ce type d’aides ? Il n’est pas toujours aisé de les objectiver et il peut être délicat de les comparer. Par exemple, le kérosène utilisé par les compagnies aériennes n’est pas taxé, mais n’est pas pour autant subventionné explicitement, dans le sens où il n’y a pas de transfert direct d’argent de l’Etat vers les compagnies aériennes. On a plutôt affaire ici à une différenciation entre carburants fossiles, opérée sur la base de l’utilisation qui en est faite. L’absence de taxe constitue dès lors tout de même une subvention dans la mesure où les autres modes de transport ne bénéficient pas d’une telle exemption.

(...)

Autre(s) article(s) sur le même thème :

article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2