article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2

Michel Lacroix, philosophe et écrivain

« Les intérêts profonds de l’ego sont compatibles avec ceux de la planète »

Identifier ses potentiels et les valoriser, c’est la réalisation de soi. Le philosophe français Michel Lacroix estime que notre siècle sera celui de la réalisation de soi. Elle transformera les individus qui à leur tour rendront la société plus prospère et plus créative.

Vous dites que ce début de 21e siècle est le temps de la réalisation de soi. C’est donc le moment pour chacun d’entre nous d’identifier ses potentiels et de les valoriser ?
La réalisation de soi, c’est d’abord considérer que l’on détient un potentiel, une richesse intérieure faite d’aptitudes et de motivations. En second lieu, que cette richesse ne doit pas rester virtuelle, qu’elle est « une puissance qui doit passer à l’acte », pour parler comme Aristote. Par analogie, on doit également considérer que ceux qui nous entourent détiennent eux aussi une richesse intérieure, et qu’on peut les aider à la valoriser. Ces questions se posent, par exemple, aux parents et aux enseignants sur le plan de l’éducation, ou dans le monde de l’entreprise, aux managers vis-à-vis de leurs collaborateurs et à chacun d’entre nous vis-à-vis de nos collègues.

Pourquoi le temps de la réalisation de soi survient-il maintenant ?
A chaque époque son défi. Le Moyen Age fut le temps du salut promis à tous les hommes par le christianisme. Puis la modernité et la révolution ont promis un changement complet du monde politique et économique. L’après-guerre portait des promesses de progrès. On sortait alors d’une période de barbarie effrayante, avec la ferme intention d’y échapper définitivement par l’établissement de la paix et de la démocratie. La reconstruction a lancé les Trente Glorieuses qui se sont accompagnées d’un développement fabuleux de la technoscience. Aujourd’hui, la donne a changé. On vient de vivre des années confortables, maintenant les problèmes s’accumulent devant nous. Quelles sont les sources de l’inquiétude contemporaine ? L’idée que le progrès est en panne, la persistance des crises économiques et financières, la montée des fanatismes religieux, l’absence de sens de nos vies, notre compulsion à consommer qui est une fuite en avant. Je suis convaincu que, dans les années à venir, il apparaîtra avec évidence que le seul progrès qui nous est accessible, c’est la réalisation de l’humanité que chacun porte en soi.

(...)

Autre(s) article(s) sur le même thème :

article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2