article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2

« Le pouvoir des multinationales
est devenu gigantesque et opaque »

La montée en puissance des entreprises transnationales est un signe de notre temps. A quel prix ? L’analyse de Bruno Bauraind, politologue et chercheur au Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative (Gresea).

En 30 ans le nombre de sociétés multinationales a été multiplié par dix. Le chiffre d’affaires cumulé des dix premières sociétés transnationales dépasserait aujourd’hui le PIB de l’Inde et du Brésil. Et plus de 50 % du commerce mondial se ferait à l’intérieur de ces grands groupes via leurs filiales et/ou sous-traitants. Leur montée en puissance est phénoménale.
En effet. Selon la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (CNUCED), on cite le chiffre d’environ 78.000 multinationales, lesquelles contrôleraient 780.000 filiales à travers le monde. Mais cela va de General Motors à la petite entreprise suédoise qui détient deux filiales en Scandinavie. In fine, quelques milliers d’entre elles seulement ont un impact majeur sur l’économie mondiale. Avec une vision principalement financière : la plupart dégageant des bénéfices énormes, mais ne créant pas forcément d’emplois. Ainsi, en 2007, toujours selon la CNUCED, ces multinationales ont investi 1.800 milliards de dollars à l’étranger, mais 1.600 milliards ont servi dans des opérations de fusion-acquisition, pas à créer de l’emploi.

(...)

Autre(s) article(s) sur le même thème :

article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2