article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2

« Et si on travaillait trente ans,
trente heures par semaine ? »

Le travail, source d’épanouissement, mais aussi de souffrances, de rémunérations injustes, d’épuisement… Comment travaillerons-nous demain ? Felipe Van Keirsbilck, secrétaire général de la CNE-CSC, s’est prêté à un petit exercice de « rêverie prospective ».

L’une des grandes questions qui traversent les réflexions sur le travail est celle du temps. Comment pourrait-il être mieux organisé ?
Aujourd’hui les libéraux nous disent qu’il est impossible de réduire le temps de travail. Et pourtant, une moitié des gens travaillent beaucoup trop ; un quart sont interdits de travail. C’est en réalité une réduction du temps de travail… imposée et inégalitaire. Nous pourrions travailler moins pour travailler tous ! Travailler moins d’heures, moins de jours (quatre – pourquoi nous en tenir ad vitam au rythme des cinq jours ?), moins d’années, avec une réduction collective du temps de travail, sans perte de revenu. Dans 15 ans, nous pourrions avoir un emploi pendant 30 années, 30 heures par semaine, et pour le reste nous former, prendre le temps de ne rien faire, de nous occuper des autres. Et reconquérir notre autonomie.

(...)

Autre(s) article(s) sur le même thème :

article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2