article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2

Droit de vote

D’une conquête à une corvée

1913. Une grève générale mobilise 300.000 à 450.000 travailleurs déterminés à obtenir le suffrage universel « pur et simple » (masculin). En 1893 et 1902, les deux grèves générales précédentes se sont soldées par des morts.
2014. « Il va encore falloir aller voter. Pfff… »

Pourquoi, en l’espace d’un siècle seulement (soit à peine quatre ou cinq générations), est-on passé du sentiment que la conquête du droit de vote valait le sacrifice suprême à l’idée apparemment très répandue qu’accomplir l’acte électoral est ennuyeux et pesant ? Ce contraste est d’autant plus frappant que, dans plusieurs parties du monde, la lutte pour l’obtention de droits politiques pour tous (et toutes) demeure d’actualité.
On pourrait avancer que la particratie, cette influence forte et constante des partis politiques et de leur appareil dans la prise de décision, ou la pratique de gouvernements de coalition, qui tend à faire converger certaines positions et à atténuer la manifestation des clivages traversant la société, voire l’obligation d’aller voter, trois caractéristiques bien connues de notre système politique, expliquent la lassitude apparente des électeurs belges. Mais le désintérêt à l’égard de l’exercice du droit de vote n’est pas limité à la Belgique. Il suffit d’observer les taux d’abstention dans les pays avoisinants pour se convaincre que le constat dépasse nos frontières et que d’autres facteurs doivent être pris en compte.

(...)

Autre(s) article(s) sur le même thème :

article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2