article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2

Bouli Lanners, le guerrier des forêts

Derrière l’acteur-réalisateur de talent se niche un écologiste ans l’âme. Rencontre, sur les sentiers de Liège, avec Bouli Lanners, pour évoquer son amour des arbres, les eco-warriors, la vie « au-delà » et le monde comme il tourne.

Bouli Lanners est en colère. Ce matin-là, l’acteur et réalisateur a versé une larme en voyant son voisin tronçonner « l’arbre de trop ». « J’ai vécu ça dans ma chair ! », nous avoue-t-il, tout penaud. « L’homme est un prédateur. Il s’est toujours cru supérieur à la nature. Il n’a jamais cessé de l’écraser, de la dominer. Et on voit où ça nous mène… »
Une colère saine qui d’emblée nous conduit à une interview-randonnée de trois heures, entre parcs et terrils. Pour (re)découvrir une facette moins connue de ce fabuleux cinéaste, par ailleurs écologiste dans l’âme. « On va descendre vers Ougrée », propose l’artiste, qui connaît « Liège-la-Verte » comme sa poche. Le ciel est bas. Une pluie fine et froide tombe sur Cointe. Accompagné de Gibus, son fidèle border terrier, et de son bâton de marche, frappé des blasons de l’Ecosse et de la Belgique, Bouli sonne l’alerte : « Le danger d’aujourd’hui, ça n’est plus le fascisme, l’effondrement de l’économie, l’emploi… c’est la survie pure et simple de la planète et de l’espèce humaine. Pour la première fois peut-être depuis le néolithique, on se dit que ça risque d’aller moins bien dans le futur. Comment a-t-on pu laisser les choses se dégrader à ce point ?… »

(...)

article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2