article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2

Les animaux ont-ils une conscience ?

Depuis plus de 40 ans, l’existence d’une vie consciente chez les animaux divise la communauté scientifique. Avec un obstacle majeur : l’absence de langage qui ne permet pas aux différents sujets d’exprimer leur ressenti lors de ces éventuelles expériences mentales.

Tout a commencé un matin de janvier 1970 à l’Université de Cornell aux Etats-Unis. Donald Griffin, alors professeur d’éthologie, demande à un de ses étudiants : « Pensez-vous que les abeilles savent ce qu’elles font ? » L’étudiant n’était autre que James Gould, la future star mondiale de l’éthologie et de l’orientation animale. Effrayé par cette question beaucoup trop audacieuse pour le contexte scientifique d’alors, il marmonne : « J’espère bien que non !  », pensant que son mentor souffrait de sénilité précoce. Il faut dire qu’à cette époque, cela ne se faisait pas d’évoquer la possibilité d’une conscience chez les animaux. On pensait qu’ils étaient incapables de vivre des états conscients sous prétexte qu’ils n’avaient pas de langage et pas de cerveau adéquat. De plus, les adeptes du behaviourisme, une des doctrines psychologiques dominantes de l’époque, soutenaient que des expériences subjectives ne pouvaient pas se mesurer de manière objective et que, donc, l’étude des phénomènes conscients n’était pas du ressort de la science. Il faudra la ténacité et la persévérance du professeur Griffin pour finalement donner de la légitimité scientifique à ces questions autrefois taboues.

(...)

Autre(s) article(s) sur le même thème :

article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2