article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2

édito


Par Hugues Dorzée
Rédacteur en chef


Revenir à la vie

« Ce dont les médias ont besoin actuellement, c’est de chair. Pour que les médias reviennent à la vie, ils n’ont pas d’autre choix que de redevenir des êtres vivants. » Cette belle phrase du philosophe japonais Uchida Tatsuru [1], Imagine pourrait la faire sienne.
Depuis sa création, en 1996, votre magazine s’est fixé comme objectif d’être autant que possible relié à la vie. De sentir battre le cœur du monde dans toute sa complexité. Ici, maintenant et partout sur le globe. Avec un regard journalistique à la fois libre et anticonformiste, alternatif et critique.
Le monde bouge, Imagine bouge avec lui. Nouvelle maquette, nouveau format, 100 pages au lieu de 54, un site web modernisé… Une importante réforme rédactionnelle réalisée dans un contexte médiatique à la fois étrange et passionnant, entre promptitude de l’info et interactivité. Une révolution numérique dont personne ne peut nous dire avec certitude où elle va nous mener.
Prolifération d’infos de plus en plus calibrées et uniformes, culte du buzz et du clic, mythe de l’immédiateté… Nous sommes plus que jamais hyperconnectés et noyés sous un flot discontinu de nouvelles. Sommes-nous pour la cause mieux informés ? A chacun de juger.
Imagine a choisi une autre voie que celle de la frénésie, de l’emballement, du prêt-à-penser, de l’info manichéenne et cynique, affolée et affolante, catastrophiste et anxiogène.
Car le monde tourne mal, c’est un fait. Mais il y a des raisons d’espérer qu’il n’en sera pas toujours ainsi. Et si nous voulons modestement inverser la tendance, il nous faut, comme le dit très justement le philosophe Michel Serres dans notre « Grand entretien », « renverser l’échelle des vérités ». Avec un devoir impératif pour tous les médias responsables, celui de traiter sans relâche les véritables enjeux du monde : le fossé grandissant entre la richesse insolente et la pauvreté galopante, le chômage de masse, l’avenir de nos enfants et celui de la planète, le désenchantement citoyen, la dégradation de notre écosystème, les trop nombreuses inégalités Nord-Sud…
« Renverser l’échelle des vérités », oui, et d’urgence. Les traquer et les dénoncer. Et ne plus se contenter de ce trafic incessant de nouvelles superficielles, trompeuses ou superflues : les frasques d’un président de la République, le dernier smartphone à la mode, les futurs jurés de The Voice 4… On en passe, et pas forcément des meilleures.
De son côté, Imagine a pris clairement un autre chemin. Celui d’une information apaisée, nourrissante, qui fait sens. En vous proposant un (nouveau) magazine fabriqué à un rythme lent (six fois par an) à la manière d’un artisan, avec force, patience et humilité. En s’appuyant sur une petite équipe (5 salariés) et un réseau de nombreux collaborateurs de talent ( journalistes, photographes, illustrateurs, chroniqueurs, etc.).

Une communauté de lecteurs

Modeste mais ambitieux, alternatif et enthousiaste, Imagine franchit donc aujourd’hui une étape de plus dans son histoire. Fondé en 1996 avec l’appui financier d’Ecolo, ce magazine est indépendant de tout parti politique depuis 2002. Il n’est par ailleurs lié à aucun groupe de presse.
Pour fonctionner, il reçoit, comme d’autres, une aide publique à la presse périodique et d’opinion, et bénéficie d’un soutien substantiel de son partenaire principal, le Centre national de coopération au développement (CNCD-11.11.11).
Mais la force d’Imagine Demain le monde, ce sont aussi (et surtout !) ses lecteurs. Une communauté de lecteurs fidèles, engagés et exigeants, désireux de comprendre la société comme elle va. Une communauté que nous souhaitons voir grandir avec cette nouvelle formule. En fédérant des citoyens de tous bords en quête d’une information innovante, créative, hors des sentiers battus, et qui trouveront leur bonheur au fil de ces 100 pages.
Vous êtes de ceux-là ? Abonnez-vous (c’est le plus précieux des soutiens !). Parlez-en autour de vous. Partagez sans retenue votre plaisir de lecture. Devenez, pourquoi pas, « Ambassadeur d’Imagine ». Pour soutenir un magazine en plein (re)développement qui, au cœur de cet automne maussade, entre les velléités libérales, sécuritaires et antisociales du gouvernement Michel Ier, la guerre en Irak et le spectre d’Ebola, vous relie pleinement et joyeusement à la vie.

Bonne lecture à tous !

hugues.dorzee@imagine-magazine.com

[1Dans le supplément Zoom Japon, printemps 2012.

Autre(s) article(s) sur le même thème :

article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2