article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3

Agir


Publié dans notre magazine n°Agir

Publié dans notre magazine n°Agir

Publié dans notre magazine n°Agir

Publié dans notre magazine n°109 - mai & juin 2015

« Nous accouchons,
nous décidons ! »

Au Chili, une femme qui avorte encourt jusqu’à trois ans de prison. Dans ce pays où 70 % de la population est catholique, le vent tourne : une loi autorisant l’IVG à certaines conditions devrait être votée. Reportage à Santiago aux côtés des militantes de l’ombre.


Axelle de Russé

« J’avais 14 ans et c’était un amour d’été. Je n’avais pas conscience que je pouvais tomber enceinte », raconte Camila, une Chilienne de 24 ans au visage doux, autour d’un thé partagé dans son salon de Santiago. « Un matin, ma mère m’a tendu un test de grossesse. » Le résultat est alors positif : « Elle m’a dit : n’en parle à personne. Va au collège tranquillement. Et le soir elle m’a demandé ce que je voulais faire. » L’adolescente décide d’interrompre sa grossesse. « Je lui ai dit que je l’appuierais. Je ne voulais pas qu’elle se sente influencée, poursuit Cynthia, sa maman. Mais je l’ai prévenue que ça devait rester entre nous, sinon je risquais d’aller en prison. »
Le Chili est en effet l’un des cinq Etats au monde (avec le Vatican, le Nicaragua, le Salvador et Malte) où l’avortement est totalement prohibé. Selon les derniers textes adoptés sous Augusto Pinochet, une femme qui pratique une IVG risque jusqu’à trois années de réclusion. Le personnel médical est même tenu de dénoncer aux autorités toute patiente qu’il soupçonne d’avoir avorté.
Camila est consciente du danger qu’elle court mais sa mère, Cynthia, la protège. Cette grande femme aux yeux clairs et aux longs cheveux ondulés dégage une sérénité troublante. Elle n’a pas peur. « J’ai beaucoup travaillé dans la clandestinité, nous explique cette ancienne militante du Front patriotique Manuel Rodríguez, l’aile armée du PC chilien pendant la dictature. Pour moi, ce n’est pas un problème. Mais émotionnellement, cela a été très dur. » (…)

=> Lire l’intégralité de cet article dans notre magazine.

Autre(s) article(s) sur le même thème :

article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3


Alice Nkom :
la dame de cœur

Illustration : James Keogh Au Cameroun, l’homosexualité est un délit passible d’une peine pouvant (...)

Lire la suite

En finir avec les minerais du sang
dans les Grands lacs

La région des Grands Lacs regorge de ressources minérales. Mais leur exploitation illégale ne (...)

Lire la suite

Helsinki invente le minibus à la carte

Les voitures congestionnent les villes et les rendent irrespirables. A Helsinki, en Finlande, (...)

Lire la suite

Partager
un lieu de travail
pour mieux créer

Pour faire face à la crise et répondre aux besoins criants des travailleurs artistiques, de plus (...)

Lire la suite

Nos vies dans l’électrosmog

L’impact des champs électromagnétiques sur la santé ? A ce propos, on lit tout et son contraire. (...)

Lire la suite

Comment accélérer
la transition ?

Les 20, 21 et 22 mai, le monde académique belge et international se réunit à l’ULB et à l’UCL pour (...)

Lire la suite