article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3

Prendre le temps


Publié dans notre magazine n°Prendre le temps

Publié dans notre magazine n°Prendre le temps

Publié dans notre magazine n°109 - mai & juin 2015

La chronique de Gérard Manréson
docteur es cynisme à HECC, la Haute école du Café du commerce

Retomber
sur nos pattes

J’adore les chiffres ! J’adore la dictature des gros montants bien gras et bien arrondis. Rien ne m’éclate plus que d’asséner des chiffres énormes et précis pour faire taire les questions dérangeantes. Je m’en mets plein la bouche. Un importun vous casse les pieds avec la fonte des glaces et les pauvres nounours blancs ? Votre filleul fraîchement sorti de l’univ’ exige la fin des intérêts notionnels ? Votre voisin vous donne de l’urticaire avec sa croisade anti-Traité transatlantique ? Balancez-leur simplement : « Tu veux que notre économie perde 857 milliards d’euros  ? » pour mettre fin à tout débat. Ça aurait pu être 153 ou 248 milliards, n’importe… Mais choisissez surtout des montants énormes et rajoutez des virgules pour vous donner le statut d’expert !

Votre opposant, étourdi par tant de zéros, en oubliera de demander vos sources, et ça tombe bien, parce que vous devriez avouer que le chiffre vient d’une évaluation faite sur un coin de nappe en papier par le cercle des « toutous de Von Hayek », le pape de l’ultralibéralisme. Il se fait que nous ne sommes plus les seuls à aimer les chiffres. Notre chantage au PIB a fait des émules chez les « radicalisés » de la Pachamama et autres croisés du droit des consommateurs.
Il ne se passe pas une journée sans que l’on nous casse les pieds avec le coût du réchauffement climatique qui s’élèverait à 1 050 milliards d’euros au niveau mondial, celui engendré par l’utilisation des pesticides – plus de 100 milliards d’euros pour l’Europe –, ou encore celui de l’exposition aux perturbateurs endocriniens qui se chiffre lui, pour les Européens que nous sommes, à 157 milliards. Sans parler de ce collabo de Joseph Stiglitz et son coût des inégalités…
Ça fait d’autant plus mal que nos opposants jouent sur notre terrain, celui des chiffres, et avec des études, ma foi, validées et souvent sérieuses, peut-être plus que les nôtres.
Le plus inquiétant c’est lorsque ces dangereux activistes ramènent ces chiffres par personne. Rien qu’avec les produits toxiques et les pesticides, les coûts tournent autour de 400 euros par personne et par an. Du coup, nos fameuses promesses miraculeuses sur le partenariat transatlantique ou le saut d’index passent pour de vulgaires bons de réduction chez Carrefour.
J’ai bien réfléchi. Face à tous ces coûts, le mieux aujourd’hui est d’affirmer que l’on va constituer un fonds prêt à indemniser les victimes.
Arrêtez de hurler, là au premier rang !
Oui, on va payer ! On va payer comme le font toutes les banques qui ont été prises la main dans le sac du détournement et de la corruption. Mieux vaut payer que de voir arriver un vrai procès ou pis encore, une loi qui interdit d’aussi merveilleux produits.
Et n’oubliez pas que l’euphorie qui suivra la création de ce fonds nous permettra de prendre tout notre temps pour ne pas l’alimenter.
Les Nations unies débordent de fonds constitués à la hâte et dont le solde rase les pâquerettes depuis des décennies.
Ça y est. Je me sens mieux, je me fais un petit verre de bisphénol A pour fêter cette trouvaille. Alors merci qui ?!

Gérard Manréson

Autre(s) article(s) sur le même thème :

article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3


Naomi Klein :
« Pour une bataille idéologique totale »

« Tout peut changer » , affirme Naomi Klein. Tout « doit » même changer, comme elle l’écrit dans son (...)

Lire la suite

« Au plus près de la souffrance humaine »

Dans chaque numéro, un acteur de première ligne (justice, santé, éducation…) nous raconte son (...)

Lire la suite

Pourquoi je me convertis à l’Islam
(ce soir)

Quand quatre millions de Français sont descendus dans la rue, après les attentats criminels (...)

Lire la suite

Music Fund :
le don de la musique

L’association Music Fund récolte des instruments de musique qui ne sont plus utilisés. Elle les (...)

Lire la suite