article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3

Agir


Publié dans notre magazine n°Agir

Publié dans notre magazine n°Agir

Publié dans notre magazine n°Agir

Publié dans notre magazine n°110 - juillet & août 2015

PORTRAIT

Gilberto Gil :
justice, liberté
et bossa nova

Chez Gilberto Gil, musicien de talent aux millions de fans et aux douze disques d’or, l’art et la politique ont toujours fonctionné en tandem. Des geôles de la dictature brésilienne au fauteuil de ministre de la Culture sous Lula, portrait d’un homme bien connecté à la planète et soucieux du bien commun.

Il aurait pu être un homme d’affaires anonyme, tiré à quatre épingles, évoluant dans le décor aseptisé d’une grosse multinationale. Gilberto Gil était à deux doigts de s’engager dans cette voie lorsque à la fin de ses études de business, Unilever lui a proposé un stage dans une de ses filiales brésiliennes. Un destin conventionnel encouragé par ses parents qui voulaient qu’il ait un diplôme « sérieux ».
Heureusement, derrière ses épais sourcils, le jeune homme à l’air mutin avait d’autres passions ; jouer au frescobol, le populaire jeu de raquettes, sur les plages de Salvador de Bahia, et surtout composer d’envoûtantes mélodies sur sa guitare. Son tempérament de poète l’a emporté. La décision, après tout, était en lui depuis longtemps : « A trois ans, j’avais déjà dit à ma mère que je voulais être musicien. »
Costume clair et chevelure grisonnante, Gilberto Gil se tient assis, posé et attentif, face à une audience d’expatriés brésiliens en ébullition, dans l’auditorium un peu exigu d’une université du Midwest américain. Il est en tournée aux Etats- Unis pour un album en hommage à João Gilberto, maître de la bossa nova, à qui il doit de s’être mis à la guitare. Mais l’heure n’est pas aux mélopées caressantes de ce disque dont un critique inspiré a dit qu’il semblait avoir été « enregistré dans un champ de fleurs au printemps, au milieu d’abeilles ivres de bonheur  » [1] L’artiste est là pour parler de (...)

=> Lire l’intégralité de ce portrait dans notre magazine.

[1Les Inrocks, 16 avril 2014.

Autre(s) article(s) sur le même thème :

article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3


L’herbicide
qui tue en silence

Au Sri Lanka, près de 400 000 personnes, principalement des agriculteurs, sont frappées par une (...)

Lire la suite

Félicien Mbikayi :
l’indigné congolais

Dans une République démocratique du Congo gangrenée par la misère, la corruption et l’absence (...)

Lire la suite

Gérard Lutte :
A Guatemala City,
avec les jeunes des rues

A 87 ans, Gérard Lutte s’investit aux côtés d’adolescents et de jeunes adultes des rues à Guatemala (...)

Lire la suite

TTIP, quatre lettres
et une vive opposition

Procès à l’américaine où l’argent sort toujours gagnant, poulet lavé à la javel, boeuf gonflé aux (...)

Lire la suite

Transition à petits pas
dans les écoles de commerce

Dans les filières spécialisées en gestion, le cœur de la formation reste le modèle économique (...)

Lire la suite

ParckFarm,
un parc public
d’un genre nouveau

Prix du meilleur espace public 2015, ParckFarm est un magnifique lieu vert situé entre Molenbeek (...)

Lire la suite

De l’eau
et des hommes

Vieux moulins, roues à aubes, petites centrales hors d’usage… Plusieurs microprojets (...)

Lire la suite