article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3

Agir


Publié dans notre magazine n°Agir

Publié dans notre magazine n°Agir

Publié dans notre magazine n°Agir

Publié dans notre magazine n°110 - juillet & août 2015

Un homme, une cause

Gérard Lutte :
A Guatemala City,
avec les jeunes des rues

A 87 ans, Gérard Lutte s’investit aux côtés d’adolescents et de jeunes adultes des rues à Guatemala City. Ce professeur d’université à la retraite a créé le centre Mojoca pour les aider à sortir de l’exclusion dans cette ville pauvre et violente d’Amérique centrale. Un engagement à la fois politique et social.


Mojoca

Les valeurs qui animent ces jeunes des rues peuvent contribuer à améliorer nos sociétés et à nous aider à résister à la crise mondiale. Ils ne possèdent rien, juste quelques affaires dans un sac en plastique. Ce qu’ils demandent, c’est de la solidarité, du partage, de l’amitié. » Quand Gérard Lutte parle des jeunes de Guatemala City auxquels il a décidé de consacrer sa vie, ses yeux se mettent à briller.
A priori, la capitale du Guatemala, l’un des pays les plus pauvres d’Amérique centrale, n’a pas beaucoup d’attraits. C’est une ville champignon de trois millions d’habitants, polluée, entourée de bidonvilles, réputée très violente avec 18 homicides en moyenne par jour et un couvre-feu de fait qui limite les déplacements dès la nuit tombée. Et pourtant, c’est dans cette ville improbable que Gérard Lutte a choisi de passer sa retraite.
A 87 ans, ce Belge originaire de Genappe fut un moment prêtre, avant d’enseigner la psychopédagogie à l’université de Rome La Sapienza. « Une université publique  », s’empresse-t-il d’ajouter, soucieux d’affirmer son attachement à un enseignement universel gratuit. En parallèle, son engagement social le pousse à travailler bénévolement dans les bidonvilles de Rome avant de partir à la rencontre des révolutionnaires sandinistes au Nicaragua. En 1993, il prend une retraite méritée et projette de s’installer à Dion-le- Val dans le Brabant wallon. Mais, avant ça, il part interviewer 59 filles et garçons des rues à Guatemala City. Il n’en reviendra jamais, sauf pour (...)

En savoir plus : www.mojoca.be

=> Lire l’intégralité de cet article dans notre magazine.

Autre(s) article(s) sur le même thème :

article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3


Gilberto Gil :
justice, liberté
et bossa nova

Chez Gilberto Gil, musicien de talent aux millions de fans et aux douze disques d’or, l’art et la (...)

Lire la suite

L’herbicide
qui tue en silence

Au Sri Lanka, près de 400 000 personnes, principalement des agriculteurs, sont frappées par une (...)

Lire la suite

Félicien Mbikayi :
l’indigné congolais

Dans une République démocratique du Congo gangrenée par la misère, la corruption et l’absence (...)

Lire la suite

TTIP, quatre lettres
et une vive opposition

Procès à l’américaine où l’argent sort toujours gagnant, poulet lavé à la javel, boeuf gonflé aux (...)

Lire la suite

Transition à petits pas
dans les écoles de commerce

Dans les filières spécialisées en gestion, le cœur de la formation reste le modèle économique (...)

Lire la suite

ParckFarm,
un parc public
d’un genre nouveau

Prix du meilleur espace public 2015, ParckFarm est un magnifique lieu vert situé entre Molenbeek (...)

Lire la suite

De l’eau
et des hommes

Vieux moulins, roues à aubes, petites centrales hors d’usage… Plusieurs microprojets (...)

Lire la suite