article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3

Agir


Publié dans notre magazine n°Agir

Publié dans notre magazine n°Agir

Publié dans notre magazine n°Agir

Publié dans notre magazine n°110 - juillet & août 2015

La belle économie

Transition à petits pas
dans les écoles de commerce

Dans les filières spécialisées en gestion, le cœur de la formation reste le modèle économique dominant. Mais pas à pas, l’idée d’entrepreneuriat social ou d’économie « positive » s’invite sur les campus. Grâce à des enseignants motivés, la transition s’effectue lentement, mais sûrement.


D.R.

Il faut partir des étudiants eux-mêmes, du monde qui les entoure. Sinon, ils nous regardent comme si nous débarquions d’une autre planète. » Sybille Mertens, chargée de cours à HEC-ULg et titulaire de la chaire CERA « Social entrepreneurship », tente depuis de nombreuses années d’ouvrir les étudiants de l’école de commerce à un autre type d’économie. Une économie sociale, positive, dont le profit n’est pas l’objectif premier. Un discours qui n’est pas toujours facile à faire passer dans un univers où le montant du salaire reste encore et toujours « le » symbole de la réussite.
Aujourd’hui, à HEC-ULg, un master entier est consacré à l’économie sociale [1]. « Les écoles de commerce forment de bons techniciens, capables de bien gérer une entreprise, mais sans jamais remettre en cause la manière de le faire, explique l’enseignante. Je me suis rendu compte combien il manquait dans ce cursus un regard critique, une capacité à (...)

=> Lire l’intégralité de cet article dans notre magazine.

[1Master en sciences de gestion, à finalité spécialisée en management des entreprises sociales.

Autre(s) article(s) sur le même thème :

article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3


Gilberto Gil :
justice, liberté
et bossa nova

Chez Gilberto Gil, musicien de talent aux millions de fans et aux douze disques d’or, l’art et la (...)

Lire la suite

L’herbicide
qui tue en silence

Au Sri Lanka, près de 400 000 personnes, principalement des agriculteurs, sont frappées par une (...)

Lire la suite

Félicien Mbikayi :
l’indigné congolais

Dans une République démocratique du Congo gangrenée par la misère, la corruption et l’absence (...)

Lire la suite

Gérard Lutte :
A Guatemala City,
avec les jeunes des rues

A 87 ans, Gérard Lutte s’investit aux côtés d’adolescents et de jeunes adultes des rues à Guatemala (...)

Lire la suite

TTIP, quatre lettres
et une vive opposition

Procès à l’américaine où l’argent sort toujours gagnant, poulet lavé à la javel, boeuf gonflé aux (...)

Lire la suite

ParckFarm,
un parc public
d’un genre nouveau

Prix du meilleur espace public 2015, ParckFarm est un magnifique lieu vert situé entre Molenbeek (...)

Lire la suite

De l’eau
et des hommes

Vieux moulins, roues à aubes, petites centrales hors d’usage… Plusieurs microprojets (...)

Lire la suite