article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3

Découvrir


Publié dans notre magazine n°Découvrir

Publié dans notre magazine n°Découvrir

Publié dans notre magazine n°Découvrir

Publié dans notre magazine n°111 - septembre & octobre 2015

Bonnes nouvelles

Radio résilience en Tanzanie


En 2009, BBC Media Action, l’association caritative de la chaîne publique britannique, menait une vaste recherche intitulée « L’Afrique parle du climat ». En Tanzanie, les habitants ont témoigné d’une météo bouleversée avec, dans certaines zones, une seule saison des pluies annuelle au lieu de deux par le passé. Pour les aider à faire face à ces évolutions, BBC Media Action a lancé, en partenariat avec trois radios locales et une douzaine d’ONG, le projet pilote « Radio résilience ». Il s’est focalisé sur les régions agricoles de Dodoma et Morogoro. Des formateurs en journalisme ont accompagné les radios locales dans la création de l’émission Nyakati Zinabadilika (Les temps changent en kiswahili), qui donne des conseils sur des pratiques de culture et d’élevage mieux adaptées au climat instable ou des stratégies pour diversifier ses revenus. Une fois par semaine, l’émission met aussi en contact les auditeurs avec des experts et des élus, obligeant ces derniers à rendre compte de leurs actions dans ce domaine. Démarré en 2012, le projet « Radio résilience » vient de s’achever. Au vu de son succès, la BBC espère le poursuivre et l’étendre à l’ensemble de la Tanzanie. A.M.
En savoir + : www.bbcactionmedia.org

Obama contre le changement climatique


Alors que l’ex-directeur de la NASA, James Hansen, a sorti une étude alarmante qui montre que nous sous-estimons les effets délétères du changement climatique, l’un des plus gros pollueurs de la planète vient de faire un pas en avant remarqué. Début août, Barack Obama a dévoilé le nouveau Plan américain pour une énergie propre (America’s Clean Power Plan), qui prévoit une réduction de 32 % des émissions à effet de serre d’ici 2030 (par rapport à leur niveau de 2005). Il mise notamment sur la capacité de produire 28 % d’électricité à partir des énergies renouvelables. « Il n’y a pas de plus grande menace pour notre futur et pour les futures générations que le changement climatique, a déclaré le président américain. Nous allons ainsi empêcher la diffusion de 870 millions de CO2 dans l’atmosphère. » Le message est particulièrement important à quelques mois de la Conférence sur le climat de Paris. Mais si la mesure est saluée comme la plus ambitieuse que les Etats-Unis aient jamais prise, elle reste insuffisante. Ainsi, le charbon et le gaz naturel (dont les fameux gaz de schiste) seront toujours les deux principales sources d’électricité en 2030, représentant 60 % de la production. Le plan s’appuie également sur un renforcement de la capacité nucléaire, avec des nouvelles centrales déjà en construction. A.M.

L’aide belge à l’abri des vautours


est sans doute l’un des phénomènes les plus détestables du capitalisme débridé : des fonds spéculatifs se sont spécialisés dans le rachat à bas prix des dettes contractées par les pays les plus pauvres suite à des prêts faits dans le cadre de l’aide au développement. Ils utilisent ensuite tous les recours et artifices juridiques possibles pour récupérer la totalité des montants engagés, peu importe les conséquences pour les citoyens de ces pays. Pratique de rapaces qui les a fait surnommer « fonds vautours ». Mais il est possible d’agir ! La Belgique fait désormais figure de pionnière dans le domaine. Le 1er juillet dernier, elle a en effet adopté une loi unique en son genre, qui limite la possibilité de remboursement au montant effectivement dépensé pour acquérir les titres concernés. Loi votée, c’est peu banal, majorité et opposition à l’unisson. De quoi rendre inopérantes les stratégies spéculatives des fonds concernés. N.V.N.
En savoir + : www.cncd.be/Les-fonds-vautours-dans-la-ligne

500 000 signataires pour la nature

Près d’un demi-million de personnes se sont exprimées à travers toute l’Europe : elles veulent que la législation communautaire de protection de la nature (les directives « Oiseaux » et « Habitats ») soit bel et bien maintenue. Une centaine d’ONG, dont Natagora, Natuurpunt et le WWF chez nous, se sont mobilisées ces derniers mois devant les menaces de révision d’une législation qui a pourtant fait ses preuves. C’est en effet le socle du réseau Natura 2000, 27 000 zones protégées qui permettent de préserver faune et flore. La consultation (signée par 35 000 Belges) n’est, comme son nom l’indique, que consultative… Le processus d’évaluation des deux directives doit se terminer à la fin de cette année, et la Commission rendra sa décision en juin 2016. L.d.H.

=> Lire la suite des « bonnes nouvelles » dans notre magazine

Illustrations : Christophe Jadin

Autre(s) article(s) sur le même thème :

article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3


Arabelle Meirlaen :
cuisine, bien-être et intuition

Bruno Devoghel Dans son restaurant de Marchin, Arabelle Meirlaen, une étoile au Michelin, (...)

Lire la suite

Climate Games :
Activistes ? Avec joie !

Le dernier week-end parisien de la COP21 sera agité, joyeux, résistant, imaginatif et militant. (...)

Lire la suite

Vivre mille ans ?
Il faudrait peut-être y songer !

Peut-être avez-vous vu cette vidéo où un conférencier conclut en disant que, selon sa conviction (...)

Lire la suite

Cherche maison
sans voisins chômeurs

Vous êtes attiré par cette petite maison ouvrière située au nord de Liège ? Sachez d’abord que vos (...)

Lire la suite