article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3

Agir


Publié dans notre magazine n°Agir

Publié dans notre magazine n°Agir

Publié dans notre magazine n°Agir

Publié dans notre magazine n°111 - septembre & octobre 2015

Une femme, une cause

Manuela Carmena,
la maire indignée de Madrid

Ahora Madrid

À 71 ans, l’ex-juge et militante antifranquiste Manuela Carmena est devenue en juin dernier maire de Madrid à la tête d’une coalition citoyenne de gauche. Rencontre avec une des égéries de l’Espagne indignée.

C’est dans une grande salle de style Art nouveau, à l’intérieur de l’immense hôtel de ville de Madrid, que Manuela Carmena nous accueille. « Il y a quelques heures, j’étais dans une association d’Uva de Hortaleza, un quartier pauvre de Madrid. Et, sur le mur, j’ai vu la photo d’un de mes camarades assassinés le 24 janvier 1977, Luis Javier Benavides. Ce jour-là, il m’avait demandé d’échanger son bureau de jeune avocat contre le mien, plus adapté à la réunion qu’il devait tenir avec un groupe de grévistes du transport municipal », se souvient, émue, la nouvelle maire élue en juin dernier à la tête de la plateforme citoyenne Maintenant, Madrid, regroupant des activistes, Podemos (nouvelle gauche radicale), Equo (écologistes) et la Gauche unie (IU, coalition dirigée par les communistes).
Franco était mort. L’Espagne passait, non sans violences, de la dictature à la démocratie. Et un commando fasciste avait alors assassiné froidement cinq personnes et blessé quatre autres dans ce cabinet d’avocats situé au centre de la capitale. Manuela Carmena était cofondatrice de ce cabinet lié au syndicat Commissions ouvrières. Et au moment de l’attentat, qui s’est produit au n° 49 de la rue Atocha, elle se trouvait dans l’autre bureau, au n° 55…
À cette époque, elle était militante du Parti communiste espagnol, encore illégal, et qui sortait à petits pas de la clandestinité. Elle avait connu (...)

=> Lire l’intégralité de cet article dans notre magazine.

Autre(s) article(s) sur le même thème :

article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3


Transporté à la voile

Basée en Bretagne, la société TOWT redonne au transport de marchandises à la voile une seconde vie. (...)

Lire la suite

Le lin wallon s’arrache en Chine

C’est une fibre naturelle millénaire aux applications multiples et innovantes. En Wallonie, (...)

Lire la suite

Récupérer l’eau de pluie

L’eau potable devient de plus en plus chère. Pourquoi ne pas utiliser l’eau de pluie pour toute (...)

Lire la suite

Stop au gaspi !

Au festival TempoColor, en septembre prochain, à Liège, un ensemble d’associations interpelleront (...)

Lire la suite

Deogratias Niyonkuru
La réconciliation venue des collines

Au Burundi, Deogratias Niyonkuru et son organisation Adisco encadrent 200 000 paysans autour du (...)

Lire la suite

Le nouveau Bretton Woods chinois

Sa valeur économique n’étant pas suffisamment reconnue, et face à l’hégémonie du FMI et de la Banque (...)

Lire la suite