article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3

Agir


Publié dans notre magazine n°Agir

Publié dans notre magazine n°Agir

Publié dans notre magazine n°Agir

Publié dans notre magazine n°111 - septembre & octobre 2015

Combat(s) de là-bas

Deogratias Niyonkuru
La réconciliation venue des collines

Au Burundi, Deogratias Niyonkuru et son organisation Adisco encadrent 200 000 paysans autour du projet « Collines solidaires » récemment primé par la Fondation Roi Baudouin. Une approche de la réconciliation par la terre sur fond de tensions ethniques et politiques.


J.-F.P.

« Nous n’imposons rien, nous discutons, lance Deogratias Niyonkuru. Nos agronomes vont vers les paysans, écoutent leurs demandes, se font expliquer leurs pratiques et construisent avec eux un savoir-faire adapté à leurs besoins. » Au Burundi, Deogratias Niyonkuru et son organisation, ADISCO, encadrent 200 000 paysans pour former ce qu’ils appellent des « collines solidaires ». Un bien joli nom, qui recouvre cependant une réalité assez sinistre. Le Burundi, comme son voisin le Rwanda, est peuplé de Hutus et de Tutsis, deux ethnies qui partagent les mêmes villages, la même langue, le kirundi, et le même dieu, Imana, mais que les démons de l’ethnicisme ont jetés les uns contre les autres.
Durant dix ans, de 1993 à 2003, le Burundi a basculé dans une guerre civile d’une violence inouïe au cours de laquelle les villageois se sont littéralement entretués. Aujourd’hui, alors que le pays connaît une paix précaire, les survivants – veuves, enfants, réfugiés rentrés d’exil – doivent apprendre à vivre de nouveau ensemble.
« Nous cherchons à extirper les haines profondes qui se sont enracinées dans les esprits, explique Deogratias Niyonkuru. Nous partons de l’idée que la pauvreté est un élément essentiel du conflit burundais. Luttons contre la pauvreté et les gens se reparleront. Donc, nous faisons avancer des intérêts communs, (...)

=> Lire l’intégralité de cet article dans notre magazine.

Autre(s) article(s) sur le même thème :

article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3


Manuela Carmena,
la maire indignée de Madrid

Ahora Madrid À 71 ans, l’ex-juge et militante antifranquiste Manuela Carmena est devenue en juin (...)

Lire la suite

Transporté à la voile

Basée en Bretagne, la société TOWT redonne au transport de marchandises à la voile une seconde vie. (...)

Lire la suite

Le lin wallon s’arrache en Chine

C’est une fibre naturelle millénaire aux applications multiples et innovantes. En Wallonie, (...)

Lire la suite

Récupérer l’eau de pluie

L’eau potable devient de plus en plus chère. Pourquoi ne pas utiliser l’eau de pluie pour toute (...)

Lire la suite

Stop au gaspi !

Au festival TempoColor, en septembre prochain, à Liège, un ensemble d’associations interpelleront (...)

Lire la suite

Le nouveau Bretton Woods chinois

Sa valeur économique n’étant pas suffisamment reconnue, et face à l’hégémonie du FMI et de la Banque (...)

Lire la suite