article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3

Prendre le temps


Publié dans notre magazine n°Prendre le temps

Publié dans notre magazine n°Prendre le temps

Publié dans notre magazine n°111 - septembre & octobre 2015

La semaine de...

« Aujourd’hui,
deux tiers des élèves
manquent à l’appel »

David D’Hondt est enseignant en région bruxelloise. Voici son carnet de bord d’une semaine « type »


CC Jean-Pierre Dalbéra

Enseignant, je dispense le cours de religion catholique dans une école professionnelle et technique du nord-ouest de Bruxelles. Les élèves, issus des quartiers populaires de la ville, baignent dans des cultures, religions et réalités différentes en fonction des lieux qu’ils fréquentent : domicile familial, rue… Et puis, au milieu de tout cela, il y a l’école.
Pour ces élèves, l’école signifie à la fois obligation, échec et avenir possible. Une réalité qui s’invite en classe. Mais une classe qui est soumise aux règles et à une gestion du temps propre à l’école.

Lundi, travail à domicile
Cette semaine-là, nous sommes au mois de mai, l’école a repris après le week-end. Moi je n’y suis pas, puisque c’est mon jour de travail à domicile. Chaque enseignant a droit à deux demi-jours par semaine afin de préparer ses cours. Préparer ses cours à domicile n’est pas une obligation, mais les conditions matérielles dans les écoles ne permettent pas un travail sérieux sur place (absence de bureau, manque d’ordinateurs, connexion Internet défaillante…). De mon côté, je profite aussi de ce jour pour rédiger des articles ou des travaux de recherche. Une nécessaire prise de distance par rapport au métier d’enseignant, qui ne le permet pas toujours.

Mardi, la cloche sonne de façon interminable
J’arrive à l’école vers 8 heures. Le temps de prendre un thé, de faire l’une ou l’autre photocopie, d’ouvrir la bibliothèque où je vais me rendre avec mes élèves, et la sonnerie me rappelle à l’ordre. Elle fonctionne plusieurs fois par jour, pendant des minutes qui semblent interminables. Elle annonce le début du travail mais empêche surtout toute prolongation. Les élèves sont en rangs. Comme souvent, deux tiers des élèves de cette classe de 6e manquent à l’appel. On aborde le thème de l’homosexualité dans la ville, Bruxelles. Ils sont censés être (...)

=> Lire l’intégralité de ce carnet dans notre magazine.

Autre(s) article(s) sur le même thème :

article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3


Boris Cyrulnik :« L’action est
le meilleur tranquillisant qui soit »

Auteur des Âmes blessées, le neuropsychiatre Boris Cyrulnik est le témoignage vivant de la (...)

Lire la suite

Expliquer l’inexplicable

J’ai tout le respect du monde pour les créationnistes, leur capacité à expliquer l’inexplicable me (...)

Lire la suite

Nous sommes tous
des Grecs allemands

Quelle ironie de l’Histoire ! La Grèce, où s’inventa l’agora démocratique à l’ombre de la Vénus de (...)

Lire la suite

Les artistes s’emparent
de la crise climatique

Lors de la COP21, la Conférence pour le climat à Paris en décembre prochain, se croiseront une (...)

Lire la suite