article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3

Prendre le temps


Publié dans notre magazine n°Prendre le temps

Publié dans notre magazine n°Prendre le temps

Publié dans notre magazine n°Prendre le temps

Publié dans notre magazine n°111 - septembre & octobre 2015

Culture

Les artistes s’emparent
de la crise climatique

Lors de la COP21, la Conférence pour le climat à Paris en décembre prochain, se croiseront une multitude de politiques, lobbyistes, activistes, scientifiques, mais aussi des artistes. Avec des expositions, des événements et des installations, pour construire un nouvel imaginaire.


Lucy et Jorge Orta

« La transition écologique, le changement de société que nous devons opérer ne pourra pas se faire sans changement de notre paradigme culturel. » C’est avec ce constat en tête que quelques personnes issues du monde de l’art contemporain, du développement durable, de l’urbanisme et de la recherche, ont fondé en 2008, en France, la Coalition pour l’art et le développement durable. COAL a créé un site web spécialisé (www.ressource0.com), lancé un prix annuel [1], instauré différents commissariats, noué des collaborations avec le ministère de l’Ecologie (et non celui de la Culture…), avant de devenir un acteur important de la promotion de ces artistes et projets qui oeuvrent autour de la question climatique.
La Conférence pour le climat qui se tiendra début décembre à Paris est évidemment l’occasion de donner de la visibilité à ces plasticiens qui tentent de nous interpeller, de nous avertir ou de nous faire bouger.
« Depuis 2008, les choses ont changé dans le secteur culturel, constate Lauranne Germond, fondatrice et directrice de COAL. La question climatique est devenue un sujet évident, admis, alors qu’il était quasi tabou auparavant. Quant aux artistes, ils sont très sensibles à leur environnement. Leurs approches évoluent avec les nouveaux courants de pensée, comme (...)

=> Lire l’intégralité de cet article dans notre magazine.

[1Signalons que des entreprises privées pas vraiment fers de lance dans la lutte contre le changement climatique et l’économie carbonée font partie des financeurs, tels que Price Water House Cooper ou le Groupe Egis.

Autre(s) article(s) sur le même thème :

article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3


Boris Cyrulnik :« L’action est
le meilleur tranquillisant qui soit »

Auteur des Âmes blessées, le neuropsychiatre Boris Cyrulnik est le témoignage vivant de la (...)

Lire la suite

« Aujourd’hui,
deux tiers des élèves
manquent à l’appel »

David D’Hondt est enseignant en région bruxelloise. Voici son carnet de bord d’une semaine « type (...)

Lire la suite

Expliquer l’inexplicable

J’ai tout le respect du monde pour les créationnistes, leur capacité à expliquer l’inexplicable me (...)

Lire la suite

Nous sommes tous
des Grecs allemands

Quelle ironie de l’Histoire ! La Grèce, où s’inventa l’agora démocratique à l’ombre de la Vénus de (...)

Lire la suite