article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3

Découvrir


Publié dans notre magazine n°Découvrir

Publié dans notre magazine n°Découvrir

Publié dans notre magazine n°Découvrir

Publié dans notre magazine n°112 - novembre & décembre 2015

Portrait

Lydia et Claude Bourguignon
au chevet des sous-sols

Ingénieurs agronomes, militants de la première heure, Lydia et Claude Bourguignon ont été à la pointe en matière d’agrobiologie. Leur combat pour des sols « sains » et en faveur d’une agriculture durable fait désormais des émules.

D’un côté il y a Lydia, de l’autre Claude. Ensemble, les Bourguignon forment un couple d’ingénieurs agronomes atypiques, pionniers de l’étude de la biologie des sols. De l’Inra (l’Institut national de la recherche agronomique, en France, où ils se sont rencontrés) au Laboratoire d’analyse microbiologique des sols (qu’ils ont fondé), ces deux scientifiques de renom ont été, dès le début des années 80, des lanceurs d’alerte en matière de pesticides, d’engrais et de dérives de l’agriculture intensive. Les Bourguignon ont ainsi parcouru le monde, inventé des systèmes de culture plus respectueux des sols et de la biodiversité, et restent aujourd’hui d’ardents défenseurs d’une « agriculture saine »
. « Sur un hectare de sol sain, nous explique Claude Bourguignon, toujours aussi passionné [1], on trouve trois à quatre milliards de minuscules acariens, et autant de collemboles (une espèce très ancienne entre l’insecte et le crustacé NDLR). A cela s’ajoutent des bactéries et des champignons qui s’activent pour rendre l’humus assimilable par les plantes. » Les sols que défendent ces deux agronomes sont une délicate combinaison d’argile et d’humus où viennent s’enraciner et se nourrir les végétaux, premiers maillons de la chaîne alimentaire. « Tuez les sols, et à terme vous tuez les hommes !, poursuit Lydia Bourguignon. Or depuis les années 50, les sols européens ont perdu (...)

=> Lire l’intégralité de ce portrait dans notre magazine.

[1Ils étaient en conférence à Louvain-la-Neuve le 24 septembre dernier à l’invitation de Tetra Asbl, Au sein des femmes, la Maison du développement de Louvain-la- Neuve et la Fondation Lunt.

Autre(s) article(s) sur le même thème :

article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3


Des maisons
plutôt que des prisons

Depuis 2013, l’Asbl De Huizen planche sur une réforme pénitentiaire qui consiste à remplacer les (...)

Lire la suite

Bonnes nouvelles

Fin des forages de Shell en Alaska Ce devait être le nouvel eldorado pétrolier : malgré les (...)

Lire la suite

Lanceurs d’avenir

POC 21 : le pouvoir de la bricole POC 21 ». Son nom sonne comme la pomme de Newton tombée de (...)

Lire la suite

Migrants :
solidarité et hostilité

La crise des réfugiés a mis en lumière la générosité des Allemands. Mais l’ombre d’une extrême droite (...)

Lire la suite

Le sens d’une vie

Pour Hegel, ni le temps ni l’espace n’existent en tant que tels : nous sommes plongés dans un (...)

Lire la suite

Moche

cc Céline Colin Lelijk, moche. C’est l’adjectif de l’année dans les médias flamands. En mai (...)

Lire la suite