article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3

Découvrir


Publié dans notre magazine n°Découvrir

Publié dans notre magazine n°Découvrir

Publié dans notre magazine n°Découvrir

Publié dans notre magazine n°112 - novembre & décembre 2015

Vu de Berlin par François Paquay

Migrants :
solidarité et hostilité

La crise des réfugiés a mis en lumière la générosité des Allemands. Mais l’ombre d’une extrême droite radicale et violente continue de planer aussi sur l’Allemagne.

Sur le quai de la gare de Dortmund, plusieurs centaines de réfugiés débarquent d’un train. Malgré la fatigue, tous arborent un large sourire : des Allemands sont venus les accueillir et les applaudir. Nous sommes début septembre 2015. Quelques jours plus tôt, Angela Merkel annonçait que l’Allemagne ouvrait ses portes aux réfugiés et prononçait son désormais célèbre « Wir schaffen das » (« Nous pouvons le faire »).
Ces images, chargées d’émotion, ont fait le tour du monde. Elles continueront sans doute à illustrer l’incroyable élan de solidarité dont a fait preuve le peuple allemand dans la crise des réfugiés qui secoue l’Europe depuis des mois.
Mais l’histoire comporte aussi sa part d’ombre. D’autres images, plus dérangeantes, viennent troubler l’euphorie générale  : celles de centres d’accueils pour réfugiés incendiés par des militants anti-immigration. On recense ainsi une soixantaine d’incendies criminels depuis le début de l’année, dont 37 pour les seuls mois de juillet, août et septembre. Dans deux tiers des cas, les attaques visaient des foyers habités.
Par ailleurs, entre janvier et août 2015, le ministère de l’Intérieur a dénombré 340 attentats de toutes sortes sur ces mêmes foyers. C’est deux fois plus qu’en 2014.
Très peu de ces cas ont été élucidés. Selon les premiers éléments, les incendies seraient en partie l’œuvre de délinquants occasionnels, qui pour certains se seraient radicalisés sur Internet. Mais les enquêteurs restent vigilants : l’ombre des mouvements terroristes d’extrême droite continue de planer sur l’Allemagne. (...)

=> Lire l’intégralité de cet article dans notre magazine.

Photo de gauche : cc Rasan Tyskar
Photo de droite : Bauer Christian/Action Press/Isopix

Autre(s) article(s) sur le même thème :

article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3


Des maisons
plutôt que des prisons

Depuis 2013, l’Asbl De Huizen planche sur une réforme pénitentiaire qui consiste à remplacer les (...)

Lire la suite

Bonnes nouvelles

Fin des forages de Shell en Alaska Ce devait être le nouvel eldorado pétrolier : malgré les (...)

Lire la suite

Lydia et Claude Bourguignon
au chevet des sous-sols

Ingénieurs agronomes, militants de la première heure, Lydia et Claude Bourguignon ont été à la (...)

Lire la suite

Lanceurs d’avenir

POC 21 : le pouvoir de la bricole POC 21 ». Son nom sonne comme la pomme de Newton tombée de (...)

Lire la suite

Le sens d’une vie

Pour Hegel, ni le temps ni l’espace n’existent en tant que tels : nous sommes plongés dans un (...)

Lire la suite

Moche

cc Céline Colin Lelijk, moche. C’est l’adjectif de l’année dans les médias flamands. En mai (...)

Lire la suite