article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3

Apprendre


Publié dans notre magazine n°Apprendre

Publié dans notre magazine n°Apprendre

Publié dans notre magazine n°112 - novembre & décembre 2015

DOSSIER

Sans protection sociale,
pas de prospérité

Aujourd’hui, 73 % de la population mondiale n’ont pas accès à une protection sociale complète ; 50 % n’en disposent pas du tout. Où en est ce droit universel ? En quoi ce système garantissant à chaque individu des revenus suffisants tout au long de sa vie (assurance maladie, allocations de chômage, pension…) et un accès à des services de base est-il si précieux ? Alors que notre sécurité sociale fête ses 70 ans d’existence, que les Etats imposent des cures d’austérité, Imagine fait le point sur cet enjeu capital pour réduire les inégalités et accroître la prospérité.

« L’Etat-providence est révolu. Les gens qui ne le comprennent pas n’ont aucune idée de ce qui est en train de se passer. Ils veulent arrêter de travailler à 60 ans, avoir le soutien du CPAS et une bonne grosse pension, mais cela n’est simplement plus possible, déclarait en 2011 l’homme d’affaires Léopold Lippens [1]. Ils pensent qu’une structure qui a 30 ou 40 ans peut perdurer pendant des siècles. »
Des propos faciles à tenir lorsqu’on est bourgmestre de Knokke- Heist, président de la Compagnie du Zoute et propriétaire de la moitié de la côte belge, mais qui résume assez bien une idée dans l’air du temps : la protection sociale, ce précieux système basé sur la solidarité et destiné à assurer à tous, et durant toute la vie, des revenus suffisants et un accès aux services de base (soins médicaux, indemnités de maladie, allocations de chômage…), ne serait plus finançable aujourd’hui.
C’est d’autant plus paradoxal que cette idée se répand sur le continent européen, là où ont été inventés les dispositifs de couverture sociale il y a plus d’un siècle, quand le chancelier allemand Otto von Bismarck a mis en place un mécanisme de protection contre les risques de maladie (1883), les accidents de travail (1884) et la vieillesse (1889).
En réalité, si l’on observe bien le monde d’aujourd’hui, la protection sociale n’est pas du tout en régression. Au contraire, de nombreux pays – observant avec envie le niveau de développement humain atteint en Europe – se dotent à leur tour de systèmes de protection.
La Chine, l’Inde et l’Indonésie ont étendu ce filet de sécurité à des milliards d’individus. Des pays pauvres se sont également lancés dans cette direction, à l’instar du Burkina Faso, qui a adopté une loi sur l’assurance maladie universelle. Quant aux Etats-Unis, la patrie de Ronald Reagan et de Donald Trump, des progrès ont également été enregistrés ces dernières années grâce à la vaste réforme du système de soins de santé et à l’instauration de la fameuse ObamaCare.

Un droit pourtant universel
Toutefois, malgré ces différentes avancées, les chiffres sont là : selon l’Organisation internationale du travail (OIT), 73 % de la population mondiale n’ont pas accès à une protection sociale complète ; 50 % ne disposent d’aucune couverture [2]. Or, il s’agit d’un droit consacré par plusieurs conventions internationales.
« Les Etats sont tenus de respecter ce droit universel, de le protéger et de le garantir », rappellent les syndicats, les mutualités et les ONG, qui ont lancé cette année en Belgique une grande campagne baptisée « Protection sociale pour tous » [3]. Ils réclament, notamment, un financement « durable et solidaire » et la mise en œuvre de systèmes de protection « performants ». Au Nord comme au Sud.
Ils appellent ainsi les décideurs belges et européens à soutenir davantage la société civile dans les pays en développement, à défendre une politique fiscale plus « équitable », à développer une politique de l’emploi et des revenus « active et efficace », etc.
Leur argument principal ? La protection sociale, c’est largement démontré, est un moyen efficace de réduire les inégalités et la pauvreté dans le monde. Mais c’est aussi un puissant facteur de développement, notamment économique. (...)

=> Lire l’intégralité de notre dossier (11 pages) dans notre magazine. Avec l’entretien de l’économiste Eloi Laurent, une analyse de la Sécurité sociale belge qui fête ses 70 ans, des exemples positifs de protection sociale venus du Sud (Brésil, Burkina…), une présentation du système américain….

[1Entretien accordé au Standaard.

[2Organisation internationale du travail (OIT), Rapport mondial sur la protection sociale 2014-2015.

Autre(s) article(s) sur le même thème :

article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3


Vive la solidarité européenne !

De l’agreekment – qui a mis temporairement fin à la crise de la dette grecque en juillet dernier – (...)

Lire la suite

Les nouveaux aliments
mieux contrôlés ?

Le Parlement européen a voté un nouveau règlement « Novel Food ». Mais des zones d’ombres subsistent (...)

Lire la suite

Du Nord au Sud
et à l’envers

Chine : toxiques affaires En 2014, les accidents industriels ont tué plus de 68 000 personnes (...)

Lire la suite

Paris les voici !

Embarquer 10 000 Belges à Paris pour la COP21, c’est l’objectif poursuivi par Climate Express et (...)

Lire la suite

Et si l’agriculture
était une mauvaise idée ?

Il y a quelques millénaires, l’invention de l’agriculture a changé la destinée humaine. (...)

Lire la suite

Nos lointains cousins les végétaux

Que nous ayons un ancêtre commun avec les animaux, cela fait peu de doute. Mais sur le partage (...)

Lire la suite