article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3

Agir


Publié dans notre magazine n°Agir

Publié dans notre magazine n°Agir

Publié dans notre magazine n°Agir

Publié dans notre magazine n°112 - novembre & décembre 2015

La belle économie

Graines de vie

Depuis 15 ans, une petite entreprise de la région de Gesves fournit en semences bio des milliers de jardiniers et de maraîchers. Avec d’autres producteurs, Semailles se bat également pour transformer un marché ultra cadenassé et une législation au service d’une agriculture intensive et standardisée.


D.R.

Haricot orteil de prêcheur, radis chandelle de feu, blonde de Laeken… Sous nos yeux défilent des fleurs (comestibles) à profusion et des légumes étonnants. Le potager de Catherine Andrianne et Olivier Van Meuter est un véritable paradis de diversité, de découvertes et de conservation. Ici, on goûte une tomate jaune nuancée de rouge, délicieusement sucrée. Là on s’étonne devant un concombre énorme à la peau brune comme craquelée par une sécheresse… Dans ses trois parcelles, le couple cultive fleurs et légumes bio, anciens, rares et souvent belges, pour en récolter les graines et les vendre ensuite dans des sachets estampillés au nom de son entreprise, Semailles. Le catalogue comprend plus de 600 variétés. Un quart d’entre elles sont cultivées ici, à Faulx-les-Tombes (Namur). Le reste provient de divers producteurs belges, français, allemands, suisses ou hollandais.
Le projet est né fin des années 90. Catherine travaille chez Nature et Progrès, où elle gère des groupements d’achats alimentaires. Parmi les membres, il y a de nombreux jardiniers. L’idée lui vient alors de joindre aux paniers des semences.
Elle découvre ensuite combien il manque chez nous un semencier, surtout bio. « En rencontrant un professionnel français, je me suis rendu compte aussi de la multitude de variétés qui existaient, pour la plupart introuvables en jardinerie. »
Elle se met à rassembler dans sa maison de Faulx-les-Tombes les graines de différents producteurs et à en produire elle-même quelques-unes. Des fleurs, mais aussi (...)

=> Lire l’intégralité de cet article, ainsi qu’une mise en contexte du marché des semences, dans notre magazine.

Autre(s) article(s) sur le même thème :

article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3


Inde :
libérées par le travail

Poids des traditions, patriarcat, violences domestiques… En Inde, le sort des femmes n’est pas (...)

Lire la suite

Eric Julien,
la grandeur d’âme
des indiens Kogis

Voici 30 ans, Eric Julien a été victime d’un accident pulmonaire dans la Sierra Nevada de (...)

Lire la suite

Enrayer les évasions fiscales pour financer la transition

Dans les pays en développement, l’évasion fiscale est estimée à 1 000 milliards de dollars, soit (...)

Lire la suite

Transportés par câble

Téléphériques, tramways aériens, télécabines… Partout dans le monde, le transport par câble s’impose (...)

Lire la suite

Radio Guidon :
L’insoutenable légèreté

Velofabrik Je rencontre chaque jour de nombreux cyclistes ou qui souhaitent le devenir. Depuis (...)

Lire la suite

Elle
(et nous)

cc Senor Codo Elle a 28 ans et le désenchantement de ceux dont le présent hypothèque l’avenir. (...)

Lire la suite

Luttes urbaines

De plus en plus de collectifs se mobilisent face au développement parfois si peu durable de nos (...)

Lire la suite

Vatères sans water ?

J’ai installé une toilette à litière biomaîtrisée dans mon bureau. Certains de mes visiteurs n’osent (...)

Lire la suite