article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3

Découvrir


Publié dans notre magazine n°Découvrir

Publié dans notre magazine n°Découvrir

Publié dans notre magazine n°113 - janvier & février 2016

Frédéric Chomé :
le défricheur

Avec sa société Factor-X, il aide les entreprises et les pouvoirs publics à mener une gestion durable et une stratégie climatique. En alliant la rigueur du physicien et l’engagement citoyen, Frédéric Chomé est un patron atypique. Bouillonnant d’idées et résolument tourné vers l’avenir.

C’est comme en BD, s’amuse Frédéric Chomé, j’aime aller là où le regard ne porte pas. » A 42 ans, ce docteur en sciences, patron d’une PME innovante et père de deux enfants, n’est pas seulement un adepte du hors-champ, c’est aussi et surtout un sacré défricheur.
A la fois pragmatique et visionnaire, ce cerveau-là turbine à plein régime 24 heures sur 24. « J’ai la chance de pouvoir dormir peu », sourit le directeur de Factor-X. Qui ne cesse de phosphorer sur un monde « réellement durable » et d’enchaîner 1 001 idées ingénieuses pour se propulser dans la « société de demain »
. Au départ, rien ne prédestinait ce fils d’un ingénieur à Solvay et d’une prof de maths à se préoccuper ainsi de l’avenir de la planète : « J’ai grandi dans une famille structurante, qui m’a transmis de bonnes valeurs, mais sans engagement particulier en faveur de l’environnement. »
« Fred » est un touche-à-tout curieux, sociable et passionné. Qui enchaîne les écoles (de la vie) : Decroly, le scoutisme, et enfin l’ULB. Il intègre la Faculté des sciences pour nourrir ses désirs cartésiens, mais passe beaucoup de temps en dehors des amphis. « J’avais besoin de projets pour remplir ma vie, explique-t-il avec recul. On a créé un cercle nautique. J’ai participé à un raid de Renault 4 customisées en Tunisie. Et puis c’était le temps des grandes grèves dans l’enseignement, de la FEF, de ma rencontre avec mon ami Fabrizio Bucella… L’occasion aussi de se frotter aux jeux de pouvoir ».
Il se décrit comme un « étudiant débraillé ». Qui a pourtant su tracer son chemin. Licence en sciences, thèse de doctorat, assistant au Cepac (ULB Solvay) : Chomé-la-rigueur se plonge dans les courants chauds d’El Niño, développe des « modèles régionaux du temps », collabore avec l’IRM, mais ne rêve pas forcément « d’une carrière académique rectiligne ».
Il enseignera quelques mois la physique à l’Athénée royal de Boitsfort. « Une belle expérience avec des élèves motivés. » Puis il postule dans le privé. « A l’époque, j’ai envoyé près de 1 000 CV papier ! C’était assez désespérant. J’étais soit trop, soit pas assez qualifié. »
Jusqu’au jour où (...)

=> Lire l’intégralité de cet article dans notre magazine.

Photo : D.R.

Autre(s) article(s) sur le même thème :

article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3


Gaspillés, récupérés, cuisinés, puis partagés

Composé de sans-papiers, le CollectActif lutte à la fois contre la précarité alimentaire et le (...)

Lire la suite

Bonnes nouvelles

Erri De Luca relaxé L’écrivain italien Erri De Luca est depuis des années aux côtés des opposants (...)

Lire la suite

Moins de précarité grâce au salaire minimum

Il y a un an, l’Allemagne offrait à ses travailleurs un salaire minimum généralisé. Le scénario (...)

Lire la suite

L’homme est
un robot pensant

Le physicien Robert Oppenheimer (1904-1967) fut un acteur clé de la mise au point de l’arme (...)

Lire la suite