article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3

Agir


Publié dans notre magazine n°Agir

Publié dans notre magazine n°Agir

Publié dans notre magazine n°Agir

Publié dans notre magazine n°113 - janvier & février 2016

Innovations agricoles

Fermes du futur

En France, des citoyens financent l’agriculture du futur. Reportage dans l’une des 13 exploitations sélectionnées pour le concours « La France cherche ses 13 fermes d’avenir », qui a donné lieu à la première campagne de crowdfunding en agro-écologie. Elles sont toutes innovantes, biologiques, audacieuses et humanistes, à l’image de la ferme du Petit Changeons sur la côte normande.


P.A.D.

Au milieu de la ferme, un ruisseau. Bordé d’herbes sauvages, il ondule discrètement, mais l’eau vive dans ses veines coule sans répit. Il s’appelle le Changeons. Un joli signe pour qui cherche une terre fertile avec des rêves à y semer. Cette rivière, c’est la brèche dans laquelle s’est glissé Emeric Leprovost, urbaniste de formation, il y a bientôt dix ans. « Je voulais montrer que c’est possible de vivre autrement. »
Le nom est tout trouvé, ce sera la ferme du Petit Changeons. Tout aussi secret et vif que ce ruisseau, Emeric se lance alors sur une quinzaine d’hectares, assez pour être reconnu par l’Etat et suivi par les banques. Locataire d’une partie d’un domaine perché face à la baie du Mont-Saint-Michel, en Basse-Normandie, le trentenaire travaille seul pendant des années. « C’était 35 heures de sommeil par semaine. J’ai tenu sept ans et puis Marie et Camille sont arrivées, on a pu se répartir les responsabilités et relancer d’autres chantiers. »
Sa ferme, il la voyait collective dès le départ, nous confie-t-il tout en aidant Marie à poser les murs en paille et en torchis de la future boulangerie toujours en chantier, comme son projet de ferme. Il reste encore à faire mais les fondations sont solides.
Ancré sur le territoire depuis des années, à seulement cinq minutes de la ville d’Avranches, Emeric a tissé sa toile ici. Depuis 2007, il s’attelle à fédérer toutes les petites initiatives de la région via son association Quartier nature. A chaque automne, il organise la Fête des sens dans la ferme et crée des liens avec les habitants du coin qui deviennent ses premiers clients.
Concerts, massages, contes, nourriture bio, tous les sens sont stimulés. Un projet « agri-culturel » qui attire également Kévin, musicien et ingénieur qualité en environnement, trentenaire lui aussi.
Après Camille de Rostolan et Marie Schmitt, ingénieurs agronomes, il est le troisième à emprunter la rue des Nu-Pieds qui mène à la ferme. « C’était l’idéal que je cherchais. Un projet collectif avec une dose de culture qui est pour moi indissociable du reste. »
Quelques semaines de woofing (volontariat dans des fermes bio) et Kévin pose ses valises aux côtés d’Emeric, Camille et Marie. Les deux jeunes femmes, adeptes du mouvement Colibris porté par Pierre Rabhi – le père de l’agroécologie française –, ont également trouvé ici l’élan pour s’installer. Autour d’eux, il y a aussi Catheline qui remplace Camille pendant son congé de maternité. Eleveuse formée sur les anciennes terres d’Olivier de Serres – premier agronome français –, à 27 ans elle espère rejoindre durablement l’équipe.
Il y a encore Emma, 26 ans, woofeuse de passage, elle aussi disciple de Pierre Rabhi et qui fait ses armes au Petit Changeons avant de lancer un projet de ferme pédagogique en Bretagne.
Et puis il y a (...)

=> Lire l’intégralité de cet article dans notre magazine.

Autre(s) article(s) sur le même thème :

article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3


Tiken Jah Fakoly :
la génération consciente

A 46 ans, la star du reggae Tiken Jah Fakoly, avec ses dix albums derrière lui, s’efforce de (...)

Lire la suite

Criminaliser
les écocides

Aujourd’hui, la destruction systématique de nos écosystèmes (marées noires, déforestations, (...)

Lire la suite

Raed Abu Youssef :
sous la vigne,
la résistance

Sur les hauteurs d’Hébron, dans la résistance le sud de la Cisjordanie, Raed Abu Youssef préside (...)

Lire la suite

Lutte contre
le terrorisme :
gare à l’effet boomerang

Pour contrer le djihadisme, la réponse sécuritaire ne suffira pas. Il faudra une réponse globale. (...)

Lire la suite

Vositha Wijenayake :
la tête hors de l’eau

Juriste de formation, coordinatrice du Climate Action Network South Asia, Vositha Wijenayake (...)

Lire la suite

Housing First :
un toit plutôt
que la rue

Pour lutter contre le sans-abrisme, plusieurs grandes villes belges se sont lancées dans le (...)

Lire la suite

De chanvre et de chaux

En région namuroise, IsoHemp propose aux constructeurs et aux rénovateurs des blocs composés de (...)

Lire la suite

Je suis caraholic,
mais j’me soigne !

Quand mon rédacteur en chef m’a proposé l’été dernier de réfléchir à une rubrique d’écoconsommation (...)

Lire la suite

Vélonomie

Le vélo était à la fin du 19e siècle un jouet onéreux pour gens fortunés en quête de griserie. Au (...)

Lire la suite