article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3

Agir


Publié dans notre magazine n°Agir

Publié dans notre magazine n°Agir

Publié dans notre magazine n°113 - janvier & février 2016

La belle économie

De chanvre et de chaux

En région namuroise, IsoHemp propose aux constructeurs et aux rénovateurs des blocs composés de chanvre et de chaux. Un procédé innovant, facile d’emploi, performant sur le plan énergétique, ayant un impact environnemental très faible. Avec ce matériau durable, la PME s’impose petit à petit sur les marchés.


Luc Viatour

Dans les bureaux où travaillent Olivier Beghin et ses quelques collègues, on aperçoit de petits bouts de fibres de bois accrochés un peu partout. La moquette, elle aussi, en est remplie. Mais de quoi s’agit-il donc ? De tiges de chanvre broyées !
Mélangées à la chaux, celles-ci forment une espèce de boue brunâtre qui est ensuite écrasée dans une grande presse. En sortent trois par trois, alignés sur une grille, des blocs rectangulaires de 30 centimètres sur 60, qui sont ensuite poussés dans une étagère géante, à l’air libre. Deux à trois jours plus tard, les blocs sont secs et empilés sur des palettes. Prêts à l’expédition, utilisés comme isolants pour de nouvelles constructions ou de vieilles maisons, ou comme matériaux pour monter des murs intérieurs ou extérieurs.

Un million de capital de départ
L’histoire de cette PME performante de la région namuroise commence en 2011. Olivier Beghin est ingénieur de gestion, Jean-Baptiste de Mahieu, ingénieur civil en construction. Ils viennent de terminer leurs études et sont à la recherche d’un projet d’entreprise. « Nous avons alors rencontré un chercheur de l’UCL qui depuis dix ans creusait la question des blocs de béton-chanvre, un matériau qui semblait avoir des caractéristiques intéressantes. La filière du chanvre, qui avait disparu chez nous, venait d’être relancée par ChanvrEco qui proposait du granulat de chanvre pour le bâtiment. » [1]
La piste paraît bonne, les deux jeunes gens se lancent alors dans l’aventure et se mettent au travail : il leur faut trouver la bonne composition des blocs, puis (...)

=> Lire l’intégralité de cet article dans notre magazine.

[1Le granulat est mélangé sur chantier avec de la chaux, puis peut être projeté ou remplir des coffrages. www.chanvreco.be

Autre(s) article(s) sur le même thème :

article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3


Tiken Jah Fakoly :
la génération consciente

A 46 ans, la star du reggae Tiken Jah Fakoly, avec ses dix albums derrière lui, s’efforce de (...)

Lire la suite

Criminaliser
les écocides

Aujourd’hui, la destruction systématique de nos écosystèmes (marées noires, déforestations, (...)

Lire la suite

Raed Abu Youssef :
sous la vigne,
la résistance

Sur les hauteurs d’Hébron, dans la résistance le sud de la Cisjordanie, Raed Abu Youssef préside (...)

Lire la suite

Lutte contre
le terrorisme :
gare à l’effet boomerang

Pour contrer le djihadisme, la réponse sécuritaire ne suffira pas. Il faudra une réponse globale. (...)

Lire la suite

Vositha Wijenayake :
la tête hors de l’eau

Juriste de formation, coordinatrice du Climate Action Network South Asia, Vositha Wijenayake (...)

Lire la suite

Fermes du futur

En France, des citoyens financent l’agriculture du futur. Reportage dans l’une des 13 (...)

Lire la suite

Housing First :
un toit plutôt
que la rue

Pour lutter contre le sans-abrisme, plusieurs grandes villes belges se sont lancées dans le (...)

Lire la suite

Je suis caraholic,
mais j’me soigne !

Quand mon rédacteur en chef m’a proposé l’été dernier de réfléchir à une rubrique d’écoconsommation (...)

Lire la suite

Vélonomie

Le vélo était à la fin du 19e siècle un jouet onéreux pour gens fortunés en quête de griserie. Au (...)

Lire la suite