article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3

Agir


Publié dans notre magazine n°Agir

Publié dans notre magazine n°113 - janvier & février 2016

Radio guidon

Vélonomie

Le vélo était à la fin du 19e siècle un jouet onéreux pour gens fortunés en quête de griserie. Au début du 20e, la compétition l’a popularisé. Sa production s’est industrialisée et l’engin est graduellement devenu plus abordable. Ses usages, notamment militaires et commerciaux, ont achevé de le rendre populaire. Dans les années 30, toute la classe ouvrière l’avait adopté pour se rendre à l’usine et pour partir en balade lorsque vint le temps des congés payés. Dans une société où le travail manuel dominait et où la simplicité des machines le permettait, chacun et même chacune était en mesure de réparer sa bécane avec quelques clés, de la débrouillardise et un peu d’huile de coude. Mais avec l’essor de la technologie, le rapport homme-machine s’est graduellement compliqué et les gens ont perdu l’aptitude à réparer la plus simple des avaries. Les mécaniciens spécialisés en cycles passent dès lors une partie considérable de leur temps à remplacer assez bêtement… des chambres à air. Or, en théorie, le vélo libère l’usager de sa dépendance à l’égard du pétrole, certes, mais aussi à l’égard du garage. Encore faut-il savoir y faire.
Luttant contre l’aliénation technique, des ateliers associatifs offrent à quiconque le souhaite la possibilité de mettre les mains dans le cambouis, soutenu par les conseils éclairés d’un mécanicien chevronné ou de cyclistes locaux férus de boulonnage.
Ces ateliers de quartier sont le plus souvent accessibles en soirée ou le week-end pour un prix démocratique. En plus de vous remettre en route et de vous apprendre à faire face à la prochaine panne, ces lieux hauts en couleur sont généralement animés d’une ambiance franchement conviviale. Des liens se créent. On y revient. Et on se surprend à refiler à de nouveaux venus les bons conseils reçus quinze jours avant. Entraide et solidarité !
Il y a forcément près de chez vous un tel atelier. Ne pouvant les citer tous ici, je vous renvoie vers le site web du réseau qui les fédère et qui porte un nom magnifique :
l’Heureux Cyclage [1] !
Filles et garçons, écoliers, étudiants, travailleurs, chômeurs ou retraités : vous y êtes tou(te) s attendu(e) s pour retrouver l’autonomie. Euh, pardon : la vélonomie !

Jean-Philippe Gerkens – www.velofabrik.be

Autre(s) article(s) sur le même thème :

article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3


Tiken Jah Fakoly :
la génération consciente

A 46 ans, la star du reggae Tiken Jah Fakoly, avec ses dix albums derrière lui, s’efforce de (...)

Lire la suite

Criminaliser
les écocides

Aujourd’hui, la destruction systématique de nos écosystèmes (marées noires, déforestations, (...)

Lire la suite

Raed Abu Youssef :
sous la vigne,
la résistance

Sur les hauteurs d’Hébron, dans la résistance le sud de la Cisjordanie, Raed Abu Youssef préside (...)

Lire la suite

Lutte contre
le terrorisme :
gare à l’effet boomerang

Pour contrer le djihadisme, la réponse sécuritaire ne suffira pas. Il faudra une réponse globale. (...)

Lire la suite

Vositha Wijenayake :
la tête hors de l’eau

Juriste de formation, coordinatrice du Climate Action Network South Asia, Vositha Wijenayake (...)

Lire la suite

Fermes du futur

En France, des citoyens financent l’agriculture du futur. Reportage dans l’une des 13 (...)

Lire la suite

Housing First :
un toit plutôt
que la rue

Pour lutter contre le sans-abrisme, plusieurs grandes villes belges se sont lancées dans le (...)

Lire la suite

De chanvre et de chaux

En région namuroise, IsoHemp propose aux constructeurs et aux rénovateurs des blocs composés de (...)

Lire la suite

Je suis caraholic,
mais j’me soigne !

Quand mon rédacteur en chef m’a proposé l’été dernier de réfléchir à une rubrique d’écoconsommation (...)

Lire la suite