article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3

Prendre le temps


Publié dans notre magazine n°Prendre le temps

Publié dans notre magazine n°Prendre le temps

Publié dans notre magazine n°113 - janvier & février 2016

Culture

Nimis groupe,
les invisibles

Avec le projet théâtral Ceux que j’ai rencontrés ne m’ont peut-être pas vu, le Nimis groupe nous invite à mieux connaître les migrants auxquels nos gouvernements ferment trop souvent les portes. Une rencontre qui ne manque ni d’humour ni d’intelligence


Dominique Houcmant Goldo

En septembre 2010, l’Union européenne finance le programme d’échange Prospero, permettant aux étudiants du Théâtre national de Bretagne de passer un mois au Conservatoire de Liège. Les apprentis comédiens français croisent dans les couloirs des acteurs belges en devenir. La rencontre se passe bien et l’envie naît de monter un projet collectif.
Au même moment, en France, des camps de Roms sont démantelés violemment et leurs occupants expulsés. « Ces événements nous ont tous un peu bouleversés, se souvient Jérôme de la Falloise, l’un des étudiants de l’époque, membre du Nimis groupe, et ils nous ont rendus curieux de la politique migratoire européenne. Nous avons notamment trouvé ça dingue de mettre à la fois de l’argent dans un programme d’échange entre étudiants et des sommes folles dans des politiques de fermeture telles que Frontex [1] et d’autres. »
Un petit groupe de travail est constitué sur le thème des migrations. Chacun s’y investit au gré de ses disponibilités, avec l’idée finale de monter un spectacle.
Rencontres avec des chercheurs, visite du Parlementarium, lectures multiples – dont l’ouvrage marquant de Claire Rodier, Xénophobie business –, journée d’action avec la Coordination et initiatives pour réfugiés et étrangers (CIRE) : pendant un an, seuls ou ensemble, les participants au Nimis groupe se nourrissent de cette thématique. « Nous voulions d’abord comprendre de quoi nous allions parler, précise Jérôme. Peu à peu, nous nous sommes rendu compte que rencontrer des migrants devenait nécessaire. »
Une connaissance du groupe travaille dans un centre d’accueil. Heureux hasard : elle envisage justement de (...)

=> Lire l’intégralité de cet article dans notre magazine.

[1Frontex est la très critiquée agence européenne responsable de la gestion des frontières extérieures de l’Union, plutôt orientée vers le refoulement des réfugiés et l’externalisation à des pays tiers de leur « accueil ».

Autre(s) article(s) sur le même thème :

article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3


Cop21 :
carnet d’une observatrice

Véronique Rigot est chargée de recherche en environnement et développement au CNCD 11.11.11 et (...)

Lire la suite

François De Smet :
« L’homme a toujours été un nomade »

Philosophe et collaborateur à l’ULB, François De Smet dirige le Centre fédéral Migration (Myria) (...)

Lire la suite

Vous reprendrez bien un peu de Sulfoxaflor ?

J’ai longtemps cru que les néonicotinoïdes étaient le nom que l’on donne aux fumeurs convertis au (...)

Lire la suite

Bruxelles, morne plaine

Une ville comme Daech les aime : sans cinémas ni concerts, sans écoles ni universités, sans fêtes (...)

Lire la suite

Nouveaux plans
pour Demain

Demain, le film réalisé par Cyril Dion (fondateur de l’association Colibris avec Pierre Rabhi et (...)

Lire la suite