article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3

Découvrir


Publié dans notre magazine n°Découvrir

Publié dans notre magazine n°Découvrir

Publié dans notre magazine n°Découvrir

Publié dans notre magazine n°Découvrir

Publié dans notre magazine n°115 - mai & juin 2016

Bonnes nouvelles

De l’électricité à partir de déchets de tomates

S’éclairer à la tomate pourrie ? Ce sera peut-être possible grâce au projet pilote présenté lors de la réunion annuelle de l’American Chemical Society. Cette étude a été menée en Floride, grand producteur de tomates et donc grand générateur de déchets (396 000 tonnes chaque année). Au départ, les chercheurs tentaient de trouver un moyen de traiter ces déchets qui, lorsqu’ils qu’ils sont déversés dans les décharges, peuvent produire du méthane (un gaz à effet de serre puissant), mais aussi créer des problèmes majeurs dans le traitement de l’eau. Ce faisant, ils ont découvert une nouvelle façon de créer de l’électricité, une avancée majeure pour la transition énergétique.
Le principe ? La fabrication de l’électricité se fait grâce à l’oxydation (réaction chimique au cours de laquelle se produit un échange d’électrons). Les bactéries qui interagissent avec les déchets de tomates libèrent des électrons qui sont capturés dans la pile à combustible biologique et deviennent une source d’électricité. Pour l’instant, les restes de tomates ne produisent pas beaucoup d’électricité (10 milligrammes de déchets de tomates donnent 0,3 watt), mais si la technique s’améliore, les chercheurs pensent que la quantité de tomates impropres à la consommation en Floride est suffisante pour fournir pendant 90 jours de l’électricité au parc Disney World. Elisabeth Evrard (st.)

Hausse des legs en faveur des associations

De plus en plus de Belges choisissent une ASBL, une ONG ou une fondation parmi leurs héritiers. En 2014, les associations caritatives et de solidarité ont ainsi récolté 94 millions d’euros provenant d’héritages, ce qui représente une hausse de 22 % par rapport à l’année précédente. Le site Fundraisers Forum, qui publie ces chiffres, estime que les legs sont en constante augmentation depuis plusieurs années – en 2014, ils représentaient 27% des 344 millions d’euros de dons engrangés par tout le secteur. Une évolution qui s’explique, notamment, par le succès grandissant de la campagne testament.be, qui rassemble plus de 100 associations [1]. J.-F.P.

=> D’autres « bonnes nouvelles » à lire dans notre magazine.

Illustrations : Christophe Jadin

Autre(s) article(s) sur le même thème :

article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3


Une ville verte
au royaume du pétrole

D.R. Une cité « zéro carbone, zéro déchet » construite à grand renfort de pétrodollars, dans une des (...)

Lire la suite

Une carte
des solidarités
dans son quartier

« Belgique mode d’emploi », c’est le nom de code d’une nouvelle carte des alternatives, en cours de (...)

Lire la suite

Laurent Ledoux,
le management libéré

A 49 ans, Laurent Ledoux est un économiste atypique. Adepte de la philo et des spiritualités, il (...)

Lire la suite

Abreuver la politique
de beauté

Outre-Rhin, un collectif d’artistes organise des actions chocs dans le but de réveiller les (...)

Lire la suite