article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3

Apprendre


Publié dans notre magazine n°Apprendre

Publié dans notre magazine n°Apprendre

Publié dans notre magazine n°115 - mai & juin 2016

Energie

Deux réacteurs nucléaires sur trois ont plus de 30 ans

Près de deux tiers des réacteurs nucléaires encore en activité dans le monde ont plus de 30 ans. Un parc vieillissant qui nécessite d’importants travaux de maintenance et de mise aux normes. Avec de gros investissements à la clé et un risque potentiel d’accidents graves.


cc Simon Ingram

Où est en le parc nucléaire mondial ?
On dénombre 442 réacteurs nucléaires en service dans le monde. Près des deux tiers d’entre eux (273) ont 30 ans et plus. Parmi ceux-ci, 81 réacteurs ont plus de 40 ans d’activité. C’est le cas de Doel 1 et 2 (Anvers), en Belgique, entrés respectivement en service en 1974 et 1975.Les deux plus anciens réacteurs encore en fonctionnement sont ceux de la centrale de Tarapur, dans l’est de l’Inde, ouverts en avril et mai 1969, et gérés par la Nuclear Power Corporation of India. Plus près de chez nous, il y a le réacteur de Beznau 1, en Suisse (47 ans en juillet prochain). Ces centrales nucléaires sont-elles encore sûres ? Oui, si l’on en croit les organisations indépendantes chargées du contrôle de la sécurité nucléaire. « Ces centrales ne sont plus celles qu’elles étaient à l’origine, rassure Sébastien Berg, porte-parole de l’Agence fédérale de contrôle nucléaire (AFCN), chargé de surveiller le secteur en Belgique. En dehors de la cuve, pratiquement toutes les autres pièces ont été remplacées. Pour nous, il est raisonnable de faire tourner ces centrales durant 40 ans et plus. Ça n’affecte pas leur sécurité. » [1]
Les associations environnementales, elles, estiment au contraire que de telles centrales sont dangereuses. « En théorie, oui, toutes les pièces d’une centrale peuvent être changées, à l’exception de la cuve du réacteur et de l’enceinte de confinement, analyse Yannick Rousselet, chercheur chez Greenpeace France, mais en pratique on voit que c’est plus compliqué que cela. Une centrale nucléaire est traversée par des kilomètres de câble. Ceux-ci sont impossibles (...)

=> Lire l’intégralité de cet article dans notre magazine.

[1En décembre dernier, le gouvernement a décidé de prolonger de dix ans le fonctionnement de nos centrales les plus anciennes.

Autre(s) article(s) sur le même thème :

article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3


Dossier : de si profitables migrants

Stephen Ryan /IFRC Depuis les centres d’accueil gérés pour la première fois en Belgique par des (...)

Lire la suite

Le nerf de la guerre

La Belgique pourrait bien connaître prochainement une toute nouvelle vague d’immigration. Ce (...)

Lire la suite

Et si le Royaume-Uni larguait les amarres ?

Le 23 juin, les Britanniques seront appelés aux urnes pour décider d’une éventuelle sortie de leur (...)

Lire la suite

Du cuir en
première classe

cc Henry Marion Des sièges en cuir pour les compartiments de première classe ? A l’heure où l’on (...)

Lire la suite

357 millions d’armes
en circulation aux USA

D.R. Aux Etats-Unis, il y a plus d’armes en circulation (357 millions) que d’Américains recensés (...)

Lire la suite

Le lait de la colère

La fin des quotas laitiers européens a fait exploser la production et s’effondrer les prix. Une (...)

Lire la suite

Besoin de vitamine G

La perte des liens que nous entretenons avec la « nature » n’est pas qu’une question philosophique, (...)

Lire la suite

Le saumon,
un modèle d’adaptation

Entre l’eau de mer et celle des rivières, tout est une différence de sel. A chaque poisson son (...)

Lire la suite