article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3

Apprendre


Publié dans notre magazine n°Apprendre

Publié dans notre magazine n°Apprendre

Publié dans notre magazine n°Apprendre

Publié dans notre magazine n°115 - mai & juin 2016

Du Nord au Sud. Et à l’envers.

Le lait de la colère

La fin des quotas laitiers européens a fait exploser la production et s’effondrer les prix. Une bonne nouvelle ? Pas si sûr. Le lait est en passe de devenir un produit mondialisé comme les autres. Quant à la chute des prix, elle désespère les producteurs sans pour autant se répercuter sur le panier de la ménagère. Et au Sud, les éleveurs pourraient être sérieusement fragilisés lorsque les surplus européens viendront concurrencer leur production.


Oury Buchmann

Ils donnent de la voix depuis un an, comme le 14 mars dernier, quand ils ont installé une ferme sur le rond-point Schuman, à Bruxelles. Les éleveurs dénoncent l’effondrement du prix du lait provoqué par l’abandon, en avril 2015, par la Commission européenne, des quotas laitiers.
Pendant 31 ans, ces quotas ont fixé pour chaque pays européen un volume maximum de production. L’objectif de la Commission étant de protéger le secteur de la surproduction. La Belgique disposait d’un quota de 3,3 milliards de litres de lait, sur un total de 150 milliards de litres que se partageaient l’ensemble des pays européens.
La fin des quotas, décidée de longue date dans le cadre de la réforme de la Politique agricole commune, ne devait (théoriquement) pas prendre les producteurs au dépourvu. Elle semblait même plutôt bien engagée. En 2014, la demande mondiale de lait était plutôt bonne et le prix versé aux producteurs acceptable (40 centimes le litre).
Mais en un an, la conjoncture s’est totalement retournée. L’Europe a perdu ses deux meilleurs clients à l’exportation : la Chine, empêtrée dans un ralentissement économique sans précédent et contrainte de réduire de moitié ses achats, et la Russie, placée sous embargo depuis l’annexion, en 2014, de la Crimée, la péninsule située au sud de l’Ukraine.
Quant à la production, elle a explosé suite à l’annonce de la fin des quotas.
« L’année dernière, déplore Erwin Schöpges, éleveur à Amblève, dans la province de Liège, syndicaliste et animateur de la coopérative Fairebel, l’Europe a produit 139 milliards de litres de lait, c’est 4 milliards de plus (2,5 %) qu’en 2014. Cette année-ci, la production devrait encore augmenter de 2 à 3 %. » Cette brutale surproduction a par ailleurs fait (...)

=> Lire l’intégralité de cet article dans notre magazine.

Autre(s) article(s) sur le même thème :

article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3


Dossier : de si profitables migrants

Stephen Ryan /IFRC Depuis les centres d’accueil gérés pour la première fois en Belgique par des (...)

Lire la suite

Le nerf de la guerre

La Belgique pourrait bien connaître prochainement une toute nouvelle vague d’immigration. Ce (...)

Lire la suite

Et si le Royaume-Uni larguait les amarres ?

Le 23 juin, les Britanniques seront appelés aux urnes pour décider d’une éventuelle sortie de leur (...)

Lire la suite

Du cuir en
première classe

cc Henry Marion Des sièges en cuir pour les compartiments de première classe ? A l’heure où l’on (...)

Lire la suite

357 millions d’armes
en circulation aux USA

D.R. Aux Etats-Unis, il y a plus d’armes en circulation (357 millions) que d’Américains recensés (...)

Lire la suite

Deux réacteurs nucléaires sur trois ont plus de 30 ans

Près de deux tiers des réacteurs nucléaires encore en activité dans le monde ont plus de 30 ans. Un (...)

Lire la suite

Besoin de vitamine G

La perte des liens que nous entretenons avec la « nature » n’est pas qu’une question philosophique, (...)

Lire la suite

Le saumon,
un modèle d’adaptation

Entre l’eau de mer et celle des rivières, tout est une différence de sel. A chaque poisson son (...)

Lire la suite