article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3

Agir


Publié dans notre magazine n°Agir

Publié dans notre magazine n°Agir

Publié dans notre magazine n°Agir

Publié dans notre magazine n°115 - mai & juin 2016

Mobilité

Le train
gratuit pour tous

Afin d’instaurer plus de justice sociale, de réduire les émissions de CO2 et de désengorger les routes, deux jeunes économistes préconisent d’instaurer la gratuité pour tous dans l’ensemble du réseau ferroviaire. Une idée qui a le mérite de susciter le débat.


cc Hugh Llewelyn

Que ce soit pour aller travailler, écouter un concert, rendre visite à des amis ou à la famille, acheter de quoi se nourrir, les déplacements sont un préalable à toutes nos activités, rappelle Samuel Sonck, 29 ans, ingénieur civil et économiste. Sans le droit au transport, le citoyen ne peut pas accéder aux droits économiques et sociaux. » « La gratuité des transports est un élément clé de la justice sociale, renchérit Oliver Malay, 25 ans, économiste et doctorant à la chaire Hoover. Comme navetteur, je vois que les gens qui sont contrôlés sans titre de transport et se font éjecter du train n’ont visiblement pas les moyens de s’acheter un billet et encore moins une voiture. Le problème n’est pas la fraude, mais le fait que la société ne leur permet pas de se déplacer. La gratuité résoudrait cette injustice en donnant le droit à la mobilité à un public qui n’est pas reconnu. »
Actifs au sein du mouvement Tout Autre Chose, ces deux militants incarnent une nouvelle génération d’économistes à la fois pragmatiques, intelligents et engagés. « On nous dit que la gratuité des transports représente un coût énorme, analyse Samuel, mais celle-ci concerne déjà une large catégorie de personnes (journalistes, mandataires politiques, policiers…) et l’étendre à tout le monde n’aurait rien d’impossible. »
Le jeune chercheur fait ses calculs : « Le chiffre d’affaires de la SNCB, c’est (...)

=> Lire l’intégralité de cet article dans notre magazine.

Autre(s) article(s) sur le même thème :

article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3


Le Nomade des mers :
et vogue la débrouille !

Le 23 février dernier, le Nomade des mers a pris le large au départ de Concarneau, en Bretagne. (...)

Lire la suite

Bernard Delville
Porté par le vent

Ingénieur de formation et digne héritier de Mai 68, Bernard Delville est un pensionné… (...)

Lire la suite

De nouvelles coopérations urbaines

Pour réaménager les villes, les pouvoirs publics ne réfléchissent plus seuls dans leur coin. Ils (...)

Lire la suite

Smart :
une nouvelle coopérative
d’intérêt collectif

Le 28 juin prochain, la Société mutuelle pour artistes (SMart) va devenir la plus grande (...)

Lire la suite

Tourner la page

En Afrique, de nombreux chefs d’Etat s’accrochent à leur parcelle de pouvoir. Mais l’existence de (...)

Lire la suite

La crise de l’asile
ou le suicide de l’Europe

Ce que les médias européens qualifient de « crise des réfugiés » est en réalité une crise de l’asile. (...)

Lire la suite

Philippe Ranaivomanana
L’évêque malgache
des sans-terre

A Madagascar, dans son diocèse d’Antsirabe perché sur les hauts plateaux, à 1 500 mètres (...)

Lire la suite