article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3

Agir


Publié dans notre magazine n°Agir

Publié dans notre magazine n°Agir

Publié dans notre magazine n°Agir

Publié dans notre magazine n°115 - mai & juin 2016

Du Nord au Sud.

Tourner la page

En Afrique, de nombreux chefs d’Etat s’accrochent à leur parcelle de pouvoir. Mais l’existence de ces potentats locaux n’est pas une fatalité, comme l’a montré le soulèvement des populations au Sénégal et au Burkina Faso. Des mouvements citoyens soutenus par l’association Tournons la page qui, depuis 2014, milite en faveur de l’alternance politique.

Imaginez un monde où Jimmy Carter serait toujours à la Maison Blanche, où Georges Pompidou ou l’un de ses enfants ou petits-enfants présiderait la France et où Edmond Leburton tiendrait les rênes du gouvernement belge, tandis que le Portugal, l’Espagne et la Grèce vivraient toujours sous la botte des dictatures. Ce monde absurde, figé dans le temps, est pourtant celui dans lequel est plongée la moitié de la population de 12 pays d’Afrique, qui n’a jamais connu qu’un seul chef d’Etat ou une seule famille au pouvoir [1].
« Il n’y a pas de vie politique en Afrique ou si peu, résume le philosophe burkinabé Christophe Dabire. Les dirigeants ne font pas de politique, ils contrôlent des Etats conçus comme des appareils de domination de la population. C’est ainsi qu’ils s’accrochent, eux ou leur entourage, au pouvoir. » Dans ce continent qui bat tous les records de longévité politique, la palme revient à Robert Mugabe, 92 ans, doyen planétaire des chefs d’Etat, qui s’apprête à remettre prochainement ses fonctions de président du Zimbabwe à… son épouse, Grace Mugabe, 51 ans.

Y’en a marre
« En Angola, analyse le politologue Bob Kabamba, le président Dos Santos, en poste depuis 37 ans, a annoncé qu’il remettrait son mandat en 2018. Mais je suis sûr qu’il désignera un proche qui prolongera le régime. » Pour le politologue de l’ULg, « le pouvoir en Afrique est surtout basé sur (...)

=> Lire l’intégralité de cet article dans notre magazine.

[1Ces pays sont : le Togo des Gnassingbé au pouvoir depuis 1967, le Gabon des Omar et Ali Bongo (1967), l’Angola de Josué Eduardo Dos Santos (1979), la Guinée équatoriale de Teodoro Obiang (1979), le Cameroun de Paul Biya (1982), l’Ouganda de Yoweri Museveni (1986), le Zimbabwe de Robert Mugabe (1987), le Soudan d’Omar El-Béchir (1989), le Tchad d’Idriss Déby (1990), l’Erythrée d’Issayas Afeworki (1993), la Gambie de Yahya Jammeh (1994) et la République démocratique du Congo des Kabila (1997).

Autre(s) article(s) sur le même thème :

article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3


Le Nomade des mers :
et vogue la débrouille !

Le 23 février dernier, le Nomade des mers a pris le large au départ de Concarneau, en Bretagne. (...)

Lire la suite

Le train
gratuit pour tous

Afin d’instaurer plus de justice sociale, de réduire les émissions de CO2 et de désengorger les (...)

Lire la suite

Bernard Delville
Porté par le vent

Ingénieur de formation et digne héritier de Mai 68, Bernard Delville est un pensionné… (...)

Lire la suite

De nouvelles coopérations urbaines

Pour réaménager les villes, les pouvoirs publics ne réfléchissent plus seuls dans leur coin. Ils (...)

Lire la suite

Smart :
une nouvelle coopérative
d’intérêt collectif

Le 28 juin prochain, la Société mutuelle pour artistes (SMart) va devenir la plus grande (...)

Lire la suite

La crise de l’asile
ou le suicide de l’Europe

Ce que les médias européens qualifient de « crise des réfugiés » est en réalité une crise de l’asile. (...)

Lire la suite

Philippe Ranaivomanana
L’évêque malgache
des sans-terre

A Madagascar, dans son diocèse d’Antsirabe perché sur les hauts plateaux, à 1 500 mètres (...)

Lire la suite